Uber Files : le Parlement doit enquêter sur le lobbying d’Uber et le rôle de Macron !

Je présentais ce matin en commission des Lois en tant que rapporteure dans le cadre de la niche de notre groupe LFI-NUPES notre proposition de résolution pour une commission d’enquête sur les Uberfiles.

Retrouvez mon intervention :

Notre communiqué avec Sébastien Delogu et Andy Kerbrat :

Commission d’enquête suite aux UberFiles et sur le rôle des décideurs publics dans l’implantation d’Uber en France : de quoi la Macronie a-t-elle peur ?

Protéger Emmanuel Macron coûte que coûte. En commission des lois ce matin, la minorité présidentielle a fait le choix de se cacher derrière les fonctions actuelles d’Emmanuel Macron pour juger notre résolution irrecevable. Nous, députés de la Nation, pensons que le contrôle parlementaire de l’action du gouvernement est une mission impérieuse garantie par notre Constitution : il est de notre devoir d’enquêter sur l’action des décideurs publics et des membres du gouvernement sur la période concernée par les UberFiles, quelles que soient leurs fonctions présentes

Entre 2014 et 2016, la société Uber a contourné les réglementations, s’est soustraite à divers contrôles administratifs et judiciaires sans que l’État ne soit en mesure d’y mettre un terme, et a déployé un lobbying considérable. Les UberFiles ont révélé les faiblesses persistantes de nos institutions à mesurer l’influence des intérêts privés sur la décision publique et l’empreinte normative – notamment sur la procédure réglementaire. 

67% des français sont pour la création de cette commission d’enquête, qui constitue un enjeu démocratique majeur.

Mercredi prochain, les taxis et les victimes du modèle Uber se mobiliseront en soutien à cette résolution. Nous la défendrons en hémicycle le 24 novembre. 

Danielle Simonnet 

Sébastien Delogu
Andy Kerbrat 

Député·es membres du groupe parlementaire LFI – NUPES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.