Ehpad : exigeons la transparence et la démocratie

Un Ehpad du CASVP a expulsé une femme de 75 ans qui souffre de problèmes psychiatriques lourds. Pour cause : une non-administration récurrente du traitement l’a menée de manière récurrente en urgences psychiatriques jusqu’à ce qu’elle ne soit plus admise à l’EHPAD. Aujourd’hui, cette femme est sans domicile fixe à l’hôpital de Sainte-Anne depuis 6 mois. L’Ehpad refuse de la réintégrer ! Les associations des familles sont unanimes : les personnels en EHPAD sont en sous-effectifs et sont trop peu payés. Certes, la ville a annoncé engager des contrôles. mais à quand des contrôles par un organisme indépendant ? Et surtout, il est inadmissible que des EHPAD interdisent l’affichage permettant aux associations des familles de résidents de se faire connaître. Exigeons la démocratie dans les EHPAD parisiens, publics comme privés : que les familles et les salariés puissent briser l’omerta sur la maltraitance institutionnelle dans les EHPAD !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.