Les locataires du 17e n’ont pas à subir à ce point les travaux du Tramway

Mes collègues se sont donc désinscrits, bien. Il faut que mon ordinateur se rallume.

Sur cette délibération, bien évidemment je suis favorable aux prolongations du tramway, mais je souhaitais aborder des problèmes qui sont liés aux impacts subis par les riverains du fait de ces travaux.

Par quoi commencer ? Sur les nuisances gravement préjudiciables que subissent les riverains du fait de ces travaux, il y a, par exemple, des dégâts causés par les travaux sur la porte d’Asnières qui relie la porte de Champerret et qui ont lieu en bas des immeubles où sera située la station Porte de Courcelle.

Dans les grandes difficultés subies par les riverains, on m’a relaté, par exemple, comme conséquences des travaux des dommages sur les appareils électriques dans les appartements, petit et gros électroménager, téléviseurs et matériels informatiques, les rendant inutilisables. Tout cela est détérioré par des coupures extrêmement fréquentes et des surtensions générées notamment par les secousses, les vibrations des engins utilisés pour défoncer les dalles de béton et tasser le sol. Des locataires ont également subi des dommages sur leurs meubles. Ce sont les bibliothèques et les placards dont les fixations murales ont été totalement décelées par l’effet des vibrations des travaux.

Ils ont également subi des préjudices, pour certains corporels, directement liés aux travaux d’excavation. Il peut s’agir par exemple d’infections ophtalmiques, respiratoires depuis plusieurs mois, sans compter des ravages qui ont pu être causés par les nuisances sonores sur le sommeil et l’état de santé, puisqu’il y a des travaux de sciages de plots en béton et de poutrelles métalliques qui ont pu être effectués en pleine nuit et jusqu’à 4 heures du matin.

Cette mission tramway de la Mairie de Paris, le principal gestionnaire des travaux, a mis en place une commission d’indemnisations. Cependant celle-ci aurait été, me dit-on, uniquement pour les commerçants sur la chaussée qui ont été impactés. Mais ils sont très minoritaires par rapport à tous les locataires qui ont pu être affectés en termes de nuisances de ces travaux.

Il me semble qu’il faut donc absolument reconnaître les préjudices qu’ont subis les habitants à proximité de ces travaux pour qu’ils puissent, eux aussi, bénéficier d’indemnisations. C’est pourquoi je souhaite profiter de cette délibération pour savoir ce que l’Exécutif compte faire.

Est-ce que la mairie du 17e a eu les mêmes retours de mécontentement des riverains ? Pour l’instant, rien n’a été prévu pour eux, comme s’ils n’existaient pas, comme s’ils devaient tout simplement se cantonner à continuer à payer leur loyer sans que soient pris en compte ces troubles réels de jouissance.

On est vraiment sur une situation, je dirai même à caractère de discrimination entre des riverains et des petits commerçants, même si c’est une bonne chose que les commerçants très impactés puissent être indemnisés. Mais il serait temps que les habitants riverains, qui subissent tout l’impact de ces travaux, puissent être entendus, écoutés et qu’ils puissent eux aussi bénéficier d’indemnisations.

Voilà en tous les cas la parole que je souhaitais relayer les concernant.

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.