Locataires insoumis : vous témoignez, on s’organise, je vous soutiens !

La question du logement est celle qui revient le plus dans nombre d’échanges de cette campagne législative. J’ai donc lancé le site www.locatairesinsoumis.fr

Le principe est très simple et se résume dans ce triptyque : vous témoignez, on s’organise, je vous soutiens !

Qu’il s’agisse de problèmes individuels ou collectifs, j’entends, en tant que conseillère de Paris et candidate à la députation, vous soutenir concrètement. Si le problème est individuel, je m’engage à écrire les lettres de soutien aux bailleurs, aux élu.es concernés par le problème rencontré. Vos situations permettent par ailleurs d’éclairer à quel point cette problématique est centrale et à quel point les politiques conduites aujourd’hui par le gouvernement comme par la ville de Paris et la région Ile-de-France sont insatisfaisantes ou même totalement à contre sens.

Si le problème est collectif, à partir de votre témoignage, je m’engage à rencontrer vos voisins, (avec vous c’est encore mieux !) et ensemble par nos mobilisations, défendons vos droits de locataires !

Sur la cité Python dans le 20e, derrière la Porte de Bagnolet, c’est en faisant ainsi un large porte à porte qu’avec d’autres citoyens insoumis et quelques locataires au début, que nous avons pu ensemble remotiver les habitant.es à ne plus subir. Pollution du périphérique, pollution des appartements eux-mêmes du fait des moisissures, infestation de rats, souris, cafards et punaises de lit, les causes du ras-le-bol y sont nombreuses ! Un grand projet de renouvellement urbain y est prévu depuis longtemps mais sa réalisation reste lointaine. Si le relogement a commencé pour certains habitants résidant dans les barres qui devront être détruites, les locataires des 3 tours qui vont entièrement être rénovées, devraient attendre jusqu’à 2026 (au mieux !) pour être relogés ! Le bras de fer continue donc. De rassemblements en manifs, les habitants ont déjà gagné une forte visibilité médiatique. Mais la lutte n’en est qu’à ses débuts !

Dans d’autres quartiers, d’autres immeubles, de la rue Saint Blaise, du 140 rue de Menilmontant, comme de la rue Pelleport, c’est le ras-le bol des pannes d’ascenseurs à répétition qui nous mobilise. Les ascensoristes payent des pénalités aux bailleurs pour ces pannes. Mais le bailleur, non seulement devrait être bien plus réactif pour exiger les réparations mais ces pénalités devraient se traduire en réduction de charges pour les locataires ! Il est inacceptable par ailleurs que 4 gros ascensoristes se partagent le marché et préfèrent réduire leurs effectifs de maintenance pour grossir leurs profits. Bon nombre des promesses de la ville de Paris depuis l’adoption du rapport sur les ascenseurs d’il y a dix ans ne sont toujours pas mises en œuvre. La bataille continue et devrait être rejointe par nombre de locataires d’autres immeubles concernés dans le 20e comme ailleurs par ces pannes d’ascenseurs à répétition, cauchemars d’autant plus insupportable pour les personnes en situations de handicap, personnes âgées ou femmes enceintes et adultes avec enfants en bas âge !

Dans le quartier Plaine, près de la Porte de Vincennes, ce sont les travaux Plan Climat qui mobilisent les locataires. Imposés sans réelle concertation, contestés dans leur efficacité et leur adaptation au bâti ancien, ils sont de plus prévus en habitat occupé, avec de terribles nuisances évidentes. De la Porte de Bagnolet à la Porte de Vincennes, le long des boulevards des Maréchaux des travaux sont également prévus pour les réhabilitations plan climat et des rénovations attendues après des années de défaut d’entretien du patrimoine immobilier. Les locataires seront-ils réellement associés ? C’est un enjeu de taille (Porte de Montreuil Nord et sud, travaux prévus entre 2022 et 2030, Félix Terrier d’ici à 2026 …)

D’autres problématiques apparaissent avec l’explosion de la crise sociale, consécutive à la crise sanitaire Covid, comme celle des impayés de loyers. Ils auraient augmenté de 47% en décembre 2020 par rapport à décembre 2019. Je défends en vain depuis des mois avec la France Insoumise qu’une exonération de loyers devrait être instaurée pour les personnes ayant perdu la totalité ou partie conséquente de leurs revenus. Pour l’instant, les fonds d’aides aux impayés de loyer abondant les FSL sont certes augmentés, mais les mécanismes restent opaques quant à leur utilisation. L’ampleur réelle des impayés de loyers dans les logements sociaux parisiens n’est pour l’instant pas rendue publique et nombre de ménages pris à la gorge préfèrent en outre s’acquitter du loyer quitte à ne pas remplir le frigo…

Je suis persuadée que c’est par l’auto-organisation collective et la création de rapports de force que l’on peut le plus efficacement défendre les droits des locataires et le droit au logement. Que vous soyez ou pas en association de locataire, (et je vous encourage à rejoindre ou créer des associations de locataires ou amicales associées à des mouvements comme le DAL ou les fédérations de locataires existantes), organisons-nous pour que les bailleurs et la ville de Paris respectent les droits des locataires et le droit au logement pour toutes et tous !

Et je compte, si vous m’élisez députée, traduire avec vous ces batailles en nouveaux textes législatifs, dans la continuité du travail du groupe France Insoumise qui a porté la « Proposition de loi pour rendre effectif le droit au logement ». 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *