Propos sexistes, racistes, LGBTphobes à la Solideo : Hidalgo savait et n’a rien fait

A chaque semaine une nouvelle révélation concernant la Maire de Paris et son inaction face aux problèmes de discriminations, de propos sexistes, racistes, LGBTphobes.

La semaine dernière, je dénonçais en question d’actualité l’inaction de la Maire face à une situation de discrimination au sein de la future police municipale : un cadre accusé de pratiques discriminatoires qui, il y a près de 2 ans, a laissé un autocollant d’extrême-droite apposé sur la porte de son bureau, s’est avéré être “référent déontologie” de cette direction. Dans le même temps, l’agent victime des discriminations et lanceur d’alerte qui avait dénoncé ces faits a été licencié. Suite à ma question (en réponse à laquelle Mme Hidalgo a nié ces faits), et à une enquête du média Streetpress, ce cadre a été démis de ses fonctions de référent déontologie mais reste le responsable ressources humaines en charge des recrutements des agents de la future police municipale. Pire, l’agent lanceur d’alerte n’a toujours pas été réintégré !

Aujourd’hui, nouvelle affaire : après les propos misogynes du Président du comité d’organisation des JO de Tokyo, on apprend de Mediapart que des propose sexistes, racistes et LGBTphobes, ainsi que des propos dénigrant les habitant·es de la Seine Saint-Denis, ont été tenus par “un petit groupe d’hommes en responsabilité” au sein de la Solideo, institution en charge de la préparation des Jeux olympiques de Paris 2024. Derrière les beaux discours sur l’”esprit des Jeux” et la “coopération entre les territoires” c’est donc le mépris social des habitant·es de la Seine Saint Denis et la banalisation du sexisme, de l’homophobie et du racisme qui prédominent chez les responsables de la mise en œuvre des JO de Paris ! Le cabinet de la Maire de Paris, présidente de la Solideo, était informé, mais aucune décision n’a été prise pour lutter contre les responsables de tels propos, jusqu’à ce que Mediapart s’en saisisse et enquête.

Combien de “petits groupes d’hommes en responsabilité” ont ainsi été protégés ? 

A la Mairie de Paris, de tels faits se multiplient et revêtent un caractère systémique. Il y a quelques années, c’était le directeur général des services de la Mairie du 20e qui était protégé et soutenu par la Maire de Paris, malgré des accusations d’agression sexuelle et de propos discriminatoires : plusieurs “enquêtes” internes ont été menées à charge contre des agents victimes qui avaient dénoncé ces faits. Ce sont également des cadres qui ont dit d’une directrice de crèche, lanceuse d’alerte sur des problèmes de maltraitance sur enfant, “on va la défoncer à son retour de maternité” qui ont été promus, au lieu d’être sanctionnés.

A chaque fois, le réflexe de la caste au pouvoir à Paris, c’est de protéger les “hommes en responsabilité” et de couvrir les agissements et propos sexistes, racistes, LGBTphobes, au nom de l’entre-soi.

Cela ne peut plus durer. Je réitère ma proposition, formulée à de nombreuses reprises, que la Ville mette en place des dispositifs opérationnels, dans les directions de la Ville comme dans les établissements publics ou SEM dans lesquels elle est partie prenante, en permettant notamment que tout agent plaignant puisse désigner une personne l’accompagnant et participant à l’enquête de l’inspection, soit issue des organisations syndicales représentatives à la ville, soit des associations reconnues, comme l’AVFT, la Maison des Lanceurs d’alerte, SOS fonctionnaires…), pouvant l’assister lors de son audition et lors des autres auditions, afin de garantir l’équilibre dans les procédures internes. 

L’entre-soi, l’omerta et l’inaction face aux propos et actes sexistes, racistes, LGBTphobes : ça suffit !


Communiqué de presse de Danielle Simonnet – Conseillère de Paris (LFI)

Une réflexion sur “Propos sexistes, racistes, LGBTphobes à la Solideo : Hidalgo savait et n’a rien fait

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *