Victoire : la ville de Paris lâche son référent déontologie de la future police municipale !

Depuis 2019, j’alerte sur des dysfonctionnements majeurs au niveau de certains hauts fonctionnaires de l’administration parisienne. 

Un des dossiers soulevés est particulièrement problématique : alors que la maire de Paris a décidé de créer une police municipale, son référent déontologique s’avère avoir été un cadre accusé de pratiques discriminatoires et de propos racistes. Un agent sous sa responsabilité qui en avait été victime avait même alerté sur le fait que son supérieur avait apposé un autocollant raciste anti musulman, “Front de libération du cochon”, émanant d’un groupuscule d’extrême droite lié à Génération identitaire. Le cadre avait reconnu les faits mais n’invoquait qu’une “blague” et n’avait subi qu’un blâme.

Hier encore en séance du Conseil de Paris (cliquez ici pour voir la vidéo), la Maire de Paris niait que le cadre en question était bien le référent déontologie de la DPSP (future police municipale). Mais dès le lendemain, interrogé par un journaliste de StreetPress, le cabinet de la maire va finalement déclarer : “Nous avons demandé qu’un nouveau référent déontologue soit nommé. Au vu des faits qui lui sont reprochés, c’est évidemment inacceptable.”

Mais le cadre qui avait assumé un rôle de lanceur d’alerte et avait été licencié pour cela, sera-t-il réintégré ? Pour ma part, je peux me passer des excuses légitimes que me doit la maire pour avoir qualifié de mensonges mes propos, mais lui, c’est sa vie professionnelle que la machine parisienne a brisée. 

L’exécutif parisien va-t-il également remettre en cause les promotions des cadres impliqués dans ce harcèlement moral à l’encontre d’une directrice de crèche, lanceuse d’alerte contre la maltraitance sur enfant, qui avait gagné au Tribunal Administratif l’annulation de leurs représailles ? Ils avaient échangé par mail promettant de la “défoncer à son retour de maternité”… Sont-ils à leur place à l’inspection générale des services et à la tête d’une administration de la ville ? 

Il est grand temps que la ville envisage de nouveaux dispositifs pour que la lutte contre le sexisme, les violences sexistes et sexuelles, les discriminations, la protection des lanceurs d’alerte ne se brise plus face à un mur d’omerta et de protection systémique quand la hiérarchie de l’administration parisienne est en cause.


Communiqué de presse de Danielle Simonnet – Conseillère de Paris (LFI)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.