Vœu relatif au soutien aux salariés en lutte des magasins “Les Nouveaux Robinsons”

Mme Danielle SIMONNET.- Excusez-moi, je me trompais de délibération. On est sur le dispositif Paris’Commerces. Exactement. Bravo ! Cela commence à être difficile.

Vous m’aviez dit, lorsqu’on a fait le changement du règlement intérieur du Conseil de Paris, que je n’avais pas à m’inquiéter, parce qu’en limitant à un vœu non rattaché, il y avait plein d’autres groupes qui étaient en capacité de relayer les luttes sociales. Et donc, les luttes sociales seraient relayées, même si j’étais limitée à un vœu.

Hélas, il y a un vœu qui n’a pas été défendu par d’autres groupes, qui se raccroche au commerce. Je l’ai donc raccroché à cette délibération.

Il s’agit de la mobilisation des salariés des magasins Les Nouveaux Robinson. C’est important de se préoccuper dans cette période de crise, de sauver les petits commerces. C’est même essentiel, mais il est important également de penser à ce que vivent aussi les salariés du commerce. La situation des salariés du commerce, croyez-moi, est extrêmement compliquée.

D’abord, évidemment, il y a eu toutes les mobilisations dans la grande distribution, avec les promesses de prime qui n’ont pas été tenues. Et puis, il y a aussi des magasins qui prétendent être alternatifs à la grande distribution. C’était le cas de Biocoop, souvenez-vous, dans de précédents conseils de Paris, nous avons pu voter des vœux de soutien aux salariés du groupe Biocoop. C’est le cas aussi des Nouveaux Robinson.

Les Nouveaux Robinson prétendent être un modèle alternatif à la grande distribution, protéger à la fois les producteurs, pour un commerce équitable, bio, en circuit court, et prétendent également être une coopérative, alors que les salariés ne sont aucunement associés à l’ensemble des délibérations.

Sachez que les salariés des magasins Les Nouveaux Robinson, qui sont plusieurs sur Paris, sont en grève, parce qu’ils exigent que l’on arrête de baisser leurs effectifs, ils exigent que l’on arrête de geler leurs salaires. La question de la rémunération des salariés des commerces est une question essentielle.

Il est dommage, notre assemblée ne pourra pas se prononcer là-dessus. Il serait bien que dans la réflexion que l’on a sur le commerce, on n’ait pas simplement la réflexion essentielle du soutien aux petits commerces, mais aussi la réflexion sur le soutien aux salariés des commerces confondus, que ce soient des petits commerces ou de grands magasins. Et que l’on ait aussi la réflexion sur les modèles coopératifs, alternatifs à cette logique de grande distribution ou à ces magasins qui prétendent être l’alternative sans en être.

Je sais que c’est une réflexion qui vous importe, que notamment vous cherchez à développer notamment des boutiques coopératives différentes. Ce modèle, il va falloir absolument le soutenir et le développer, et démasquer ceux qui prétendent en être alors qu’ils n’en sont pas.

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.