Quand une oppression en cache une autre… Pas d’impunité pour les harceleurs sexistes sur les réseaux sociaux !

En mars 2018, dans le cadre de la campagne initiée par l’association Paris Animaux Zoopolis pour l’interdiction de la pêche à Paris, Amandine Sanvisens de PAZ et Danielle Simonnet, conseillère de Paris La France insoumise, avaient réalisé une vidéo relayée sur les réseaux sociaux de l’élue, laquelle avait ensuite défendu un vœu au conseil de Paris (rejeté par ailleurs). Un arrêté préfectoral interdit la consommation et la vente des poissons pêchés dans la capitale pour des raisons sanitaires (la pollution de la Seine). Autoriser malgré tout la pêche revient à considérer les poissons comme des objets de loisir que l’être humain peut faire souffrir et dont il peut occasionner la mort directe ou ultérieure – du fait de leurs blessures – pour son seul plaisir.

Le 8 mars 2018, soit à peine quelques jours après la publication de la vidéo, apparemment fortement relayée par des associations de pêcheurs, Danielle Simonnet a été la cible, sur les réseaux sociaux, de plusieurs centaines de messages provenant d’auteurs très majoritairement masculins, au contenu injurieux, sexiste et violent, allant même pour certains jusqu’à la menace de mort.

Lire la suite de la tribune à ce lien sur le média Regards.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.