Il faut un moratoire sur le développement de la 5G !

Voici mon intervention dans le débat sur le rapport de la conférence citoyenne sur le développement de la 5G le 16 décembre :

Mme Danielle SIMONNET.- Ce qui est contraire au Code général des collectivités territoriales, mais Paris se donne des libertés.

Il y avait une Conférence citoyenne sur le climat mise en place au niveau national, qui a pris une position très forte pour l’instauration d’un moratoire sur la 5G. Cela mettait un caillou dans la chaussure de Mme HIDALGO, vu qu’en plus, ces groupes de la majorité, pour une grande partie, étaient plutôt pour un moratoire.

Elle a donc mis en place cette Conférence citoyenne. Je vous félicite, parce que vous avez travaillé, mais évidemment, ce n’est pas vous qui êtes en cause.

Mais ce qui est problématique, c’est que le champ de la Conférence n’était pas du tout le même, puisqu’il s’agissait bien de vous inviter à émettre des recommandations, dans le cadre acté du déploiement de la 5G, et pas dans l’hypothèse où la mobilisation citoyenne et des collectivités pourraient s’opposer au déploiement de la 5G.

Je retiens aussi que les associations comme “Robin des Toits”, celles qui sont opposées à la 5G, n’ont pas été auditionnées. Mais pour autant, vous en arrivez bien à cette recommandation, pour moi la plus importante, la 4, qui demande de réaliser une étude d’impact environnemental par un bureau d’études indépendant afin de définir précisément l’impact de la 5G avant son déploiement.

Eh bien, un moratoire, c’est justement faire une pause avant le déploiement, pour que l’on ait toutes les études, et qu’on stoppe si l’impact écologique et du point de vue des libertés est trop conséquent. Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.