Liberté Égalité Fraternité !

Ce 19 décembre, à l’Assemblée nationale, un point de bascule a été atteint. La préférence nationale, qui fut toujours portée par Jean-Marie Le Pen, a été inscrite dans la loi. Hier soir, Emmanuel Macron, le Président qui s’est fait élire en prétendant être le barrage au RN, a forcé le vote sur la loi Asile Immigration dans sa pire version possible : avec les voix de l’extrême-droite, pour un contenu d’extrême-droite. Cette loi instaure notamment une préférence nationale pour les prestations sociales, la déchéance de nationalité, la remise en cause du droit du sol, de nouvelles entraves au regroupement familial, une caution financière pour les étudiants étrangers et il est prévu ultérieurement de remettre en cause l’Aide Médicale d’Etat. Marine Le Pen a déclaré “Pour le RN, la loi immigration signe une victoire idéologique”. Tout est dit.

Aujourd’hui Notre République est bafouée. Nous ressentons toutes et tous dégoûts, tristesse et colère. Habitant-es d’un arrondissement solidaire qui ne cesse de s’enrichir de plus de 100 nationalités différentes, citoyen-nes d’une République qui s’est construite dans l’héritage de l’universalisme des lumières, nous ne pouvons ni ne devons nous résigner à l’heure où une majorité de parlementaires ont perdu tout humanisme. 

L’heure est à la résistance et à la désobéissance civile. Les collectivités, comme les communes et les départements, piliers de notre République, doivent refuser d’appliquer cette loi. Je salue les départements qui ont déjà pris position dans ce sens. Je salue les collectifs qui restent mobilisés pour la prise en charge des mineurs isolés non accompagnés, pour la régularisation des personnes sans papiers, pour qu’aucun enfant ne soit à la rue, et tant d’autres combats. Aujourd’hui nous pensons à chacune et chacun : à toutes celles et ceux qui vont subir cette loi scélérate. Nous leur disons, nous sommes avec vous, déterminés plus que jamais à nous mobiliser à vos côtés. Nous sommes toutes et tous concerné.e.s. 

Notre tâche est immense, l’union est notre seule solution pour bloquer la route à l’extrême droite aux portes du pouvoir. Partout nous devons créer de la solidarité et des communs, nos luttes doivent converger pour enfin revenir aux principes fondateurs et à la promesse  de notre République : Liberté, Égalité, Fraternité. 

Aujourd’hui nous nous réveillons avec une rage en nous,

La rage, oui, celle de les vaincre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *