Soutien à l’ambassade des immigrés !

Ce 18 avril, je suis allée soutenir l’occupation initiée par le collectif “La Chapelle debout” avec 80 exilés, d’un bâtiment situé au 17 rue Saulnier dans le 9e. je vous invite à les soutenir via leur cagnotte.

Ce bâtiment, propriété de la compagnie d’assurance américaine Sedgwick, était inoccupé depuis 7 ans. Tout un symbole ! Cette société épinglée pour évasion fiscale préférait laisser ses bâtiments vides, selon les bonnes vieilles logiques de la spéculation immobilière. La Préfecture a-t-elle imposé depuis toutes ses années l’application de la loi de réquisition ? Non, jamais. Ce collectif citoyen a donc selon moi toute légitimité d’organiser cette réquisition citoyenne. Le droit au logement doit l’emporter sur le droit de spéculer sur le logement, sur le foncier de bureaux inoccupés. 

Le message de l’occupation est clair : revendiquer la régularisation des personnes en situation administrative irrégulière, en d’autres termes leur droit à avoir des papiers, un logement, des conditions de travail décentes à l’heure où l’extrême-droite et ses discours nauséabonds sont plus présents que jamais. Entre Le Pen qui porte ouvertement un programme raciste de stigmatisation permanente de l’immigration et Macron qui, pendant 5 ans, a participé à cette banalisation et à la légitimation des discours et pratiques racistes, a poursuivi et aggravé les politiques de chasse aux sans papiers, cette occupation du collectif La Chapelle Debout et des exilés incarne l’aspiration à une tout autre politique et démontre les solidarités concrètes possibles dans l’auto-organisation.

L’idée est de faire de ce lieu un outil. Ils l’intitulent l’ambassade de paix dans un monde en guerre, l’ambassade des immigrés, de celles et ceux à qui l’on répète qu’ils sont étrangers.

Ils revendiquent le droit légitime de circuler, de s’installer librement, d’avoir un titre de séjour, un hébergement et de bénéficier de transports gratuits dans toute l’Europe. Quand beaucoup fuient guerres et dictatures, bien souvent soutenues par l’UE, quand on sait que le nombre de réfugiés climatiques ne va cesser d’augmenter du fait même des politiques néolibérales d’inaction et d’aggravation, nous avons la responsabilité de les accueillir. Au-delà d’une responsabilité, il en est de notre devoir de solidarité avec tous les êtres humains.

Tout cela est possible ! La preuve par l’Ukraine : les logements sont là, les moyens sont là ; il a fallu 48h pour que les réfugiés Ukrainiens aient accès à ces droits. C’est la preuve même que nous pouvons être solidaires, alors soyons le, universellement : ukrainiens ou non, quelle que soit la couleur de peau, la religion réelle ou supposée, ils et elles sont nos semblables et méritent d’être accueillis en dignité. L’accueil des ukrainiens nous honore, la discrimination dans l’accueil est une honte pour la République qui devrait dicter “même sol, mêmes droits”. Un statut administratif, un travail ou un papier ne doivent pas être la condition de la valeur d’une femme ou d’un homme !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.