Soutien aux locataires du collectif HBM : pas de travaux sans concertation des locataires !

Ecoutez, on est encore sur des délibérations de réhabilitation “Plan Climat” et j’ai bien écouté la réponse de M. Jacques BAUDRIER. Il confirme qu’il y aura bien des augmentations sur ladite troisième ligne alors qu’il n’y a absolument pas de garantie que, finalement, les réductions de charges et de dépenses énergétiques pourront les compenser. De ce fait, on va bien faire payer, en partie, le coût aux locataires de ces travaux, en sachant que bon nombre de ces travaux seront des travaux contre la vétusté. Je réaffirme donc mon total désaccord vis-à-vis de cela.

Deuxièmement, sur la V.M.C., il ne s’agit pas d’être pour ou contre celle-ci. Dans plein de bâtiments en béton, quand vous changez les fenêtres et que vous les rendez plus hermétiques et que vous rendez également les murs plus hermétiques, bien évidemment, il faut une ventilation, sinon vous avez la moisissure qui se développe, et, d’ailleurs, de nombreux logements sociaux subissent ces moisissures du fait qu’il y a un système de ventilation totalement défaillant ou absent, une V.M.C. pas entretenue.

Là, on est sur une problématique particulière du bâti que sont les immeubles en brique rouge des années 1930, dont je parlais tout à l’heure, qui ont par ailleurs une ventilation naturelle, ainsi qu’une ventilation dans toutes les pièces d’eau avec des fenêtres, et on va donc parfois condamner ces fenêtres pour, en même temps, installer une ventilation mécanique contrôlée. C’est une aberration totale ! Je vous invite à écouter différents architectes qui ne sont pas tous d’accord – architectes et ingénieurs – pour dire que la V.M.C. est incontournable dans les immeubles années 1930, qu’elle est sans doute extrêmement nécessaire et incontournable dans bien d’autres bâtiments, mais pas dans ceux-là.

Je voudrais en profiter aussi pour signaler que, par exemple, dans la DLH 335, sur laquelle je ne suis pas inscrite, je vous rassure, on va remplacer une V.M.C. qui a moins de 10 ans. Pourquoi ? Une V.M.C. qui a moins de 10 ans, il faut déjà la remplacer ? Alors peut-être ai-je mal lu, mais on ne comprend pas.

Pour finir, il faut que ces plans de réhabilitation thermique ne soient pas simplement l’occasion pour la Ville de dire “génial, super, on fait du Plan Climat” alors qu’en fait, il s’agit pour la Ville de masquer le fait que, pendant 20 ans, elle n’a pas géré l’entretien des logements sociaux de toute la Capitale, voilà, et qu’il y a sur pas mal de bâtiments des problèmes de vétusté. Et il est hors de question que ce soit aux locataires de payer ces travaux.

Je vois que M. le maire du 20e fait “non” de la tête. Je reprécise mon propos, il ne s’agit pas de dire que tous les logements sociaux de tous les bailleurs sociaux de la Capitale n’ont pas été entretenus. Bien sûr qu’il y a eu énormément d’efforts faits sur bon nombre de bâtiments. Mais reconnaissez qu’il y a des bâtiments sur lesquels il n’y a rien eu de fait pendant 20 ans, rien, de rien, de rien.

D’ailleurs, je vous invite, à la pause déjeuner, à aller rue de Lobau rencontrer les locataires qui se rassemblent en ce moment même place Saint-Gervais, puisque la place de l’Hôtel de Ville est interdite, qui sont de différents quartiers du 20e arrondissement et qui viennent justement à la rencontre des élus, qu’il s’agisse de l’adjoint au logement, de l’élu en charge de la présidence de bailleurs ou tout simplement des élus, soucieux, tous groupes confondus, des droits des locataires.

C’est important et je trouve que c’est une très bonne chose que les locataires s’organisent. Je les encourage à s’auto-organiser, qu’ils puissent, à chaque adresse, faire l’état des lieux de tous les problèmes. S’ils n’ont pas d’associations de locataires, je les encourage à en créer, je les encourage à se structurer, y compris à rejoindre des fédérations de locataires et à faire entendre leurs droits. Il ne faut pas de cette troisième ligne, qui est un abus. Il faut exiger que les travaux soient adaptés à la problématique du bâti, il faut exiger également que les problématiques de vétusté se règlent en cours de bail.

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.