Professeurs des cours pour adultes : Hidalgo veut baisser leur salaire…

Eh bien oui !

Mes chers collègues, vous n’allez quand même pas oser ? Ce projet de délibération m’inquiète énormément. Les cours pour adultes à la Ville de Paris, c’est une fierté municipale. C’est extrêmement important. C’est essentiel. Il me semble que la Maire de Paris, Anne HIDALGO, en tant que candidate à l’élection présidentielle, avait déclaré à la rentrée vouloir aligner la rémunération des enseignants sur les salaires des Bac+5. Or, là, le souhait de cette délibération, c’est d’aligner les professeurs du SCAP, du Service des Cours pour Adultes, qui sont pour la plupart des Bac+5, des doctorants, sur le salaire des GRETA (Bac+2 ou Bac+3), c’est-à-dire de faire l’inverse. Ce n’est pas acceptable. Est-ce que c’est une logique d’économie qui l’emporte, masquée derrière soi-disant la contrainte de la mise en conformité par la loi du 6 août 2019, alors que d’autres possibilités vous permettraient de garantir le maintien des salaires et de la qualification ? Parce que, là, c’est une déqualification, un déclassement, une déconsidération de tout le travail des professeurs pour les cours pour adultes.

Sur les chiffres, j’avoue que je m’y perds un peu, parce qu’on m’expliquait qu’il y avait 800 profs au SCAP, que parmi eux, d’ailleurs, on avait 70 contractuels en français directement concernés et impactés. J’aimerais que vous reprécisiez la réalité des choses. Mais pour rentrer plus dans le cœur du sujet, comprenons qu’il y a plus de 30.000 personnes qui suivent ces cours. Parmi eux, il y en a environ 8.000 ou 10.000 qui suivraient surtout les cours de français et, parmi eux, environ 2.000 personnes qui seraient des exilés ou des personnes souvent en situation administrative irrégulière, pour qui ces cours pour adultes sont extrêmement importants. Il faut comprendre que ces cours pour adultes, ce n’est pas simplement des cours face élèves, face adultes. Les professeurs de français ont beaucoup d’autres tâches, puisqu’ils doivent à la fois organiser des heures d’accueil, d’orientation, de prise en compte de la spécificité linguistique, la spécificité aussi de la projection professionnelle, du parcours et, donc, adapter l’offre de formation chaque année aux publics auxquels ils ont à faire. Par ailleurs, ces vacataires, certains sont sans doute dans des temps partiels imposés, d’autres sont souvent des universitaires qui, en même temps, sont dans des travaux de recherche au niveau linguistique, par exemple, ou au niveau pédagogique. Cela rend vraiment toute la particularité très riche des cours pour adultes de la Ville de Paris, parce qu’il est très intéressant d’avoir cette démarche quasi de recherche-action de nos enseignants formateurs dans ces cours pour adultes.

Donc, réduire tout cela à simplement “on va vous payer vos heures cours face élèves, face élèves adultes, et tant pis si certains perdront au niveau salaire plus d’un quart de leur salaire après 10 à 20 ans de bons et loyaux services à la Ville de Paris”, c’est non seulement un gâchis terrible, mais c’est un mépris inacceptable. Il faut absolument faire en sorte de modifier cette délibération, les amendements sont bienvenus, ou bien reporter la discussion à un autre moment pour que, en tous les cas, les logiques d’économie ne l’emportent pas et que la question de la qualité des formations pour adultes soit ce qui nous préoccupe, ainsi que la garantie d’absence totale de baisse de salaires. Surtout, ne passons pas à côté des grandes compétences qui doivent être reconnues, et s’il y a besoin de repréciser le travail d’ingénierie sociale et pédagogique dans les cours pour adultes, que l’on puise cela parmi la richesse des compétences de celles et ceux qui sont d’ores et déjà si investis et dévoués dans les actions des cours pour adultes du droit à la langue.

Certes, j’ai un peu plus développé cet aspect, mais il n’y a pas que les cours de français. Il y a tous les autres, mais il me semblait intéressant de donner des exemples concrets. Voilà. Donc, je ne sais pas qui a voulu, à un moment donné, établir ce projet, mais il est essentiel que l’on respecte les professeurs des cours pour adultes, si dévoués et qui font notre fierté collective.

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.