Pas d’entourloupe pro Unibail sur le réaménagement de la Porte Maillot !

A ce Conseil de Paris, une délibération est à l’ordre du jour concernant le réaménagement de la place de la Porte Maillot. 

Tout l’exposé des motifs vante la réhabilitation de l’axe majeur historique du  Louvre à l’Arche de la Défense et au-delà. Il prône la création d’une trame verte  d’un seul tenant  pour remédier au morcellement actuel des espaces verts et la réorganisation d’espaces  publics conçus jusqu’ici pour la voiture et bien insuffisamment adaptés aux piétons et aux cyclistes. Enfin, il mentionne l’impérieuse nécessité d’adapter les lieux aux nouveaux transports en commun à venir (Tramway RER) créant à cet endroit un important pôle multimodal. C’est dans ce cadre et avec ces objectifs que la délibération propose que l’assemblée du conseil de Paris approuve la déclaration d’intérêt général du projet de réaménagement et engage la mise en compatibilité du Plan Local d’Urbanisme. 

Magnifique, que redire à cela ? 

Mais quand l’on étudie plus attentivement les annexes, on découvre  qu’il s’agit aussi (ou d’abord ?) de classer en zone UG, (soit terrain constructible),  une grande  parcelle créée sur le parvis du Palais des Congrès pour rendre possible la réalisation après 2024 d’un projet immobilier supposé prévu au programme de l’opération voté en 2017. Bref, rendre possible une extension du Palais des Congrès  sans  programme actuellement défini, au profit d’Unibail ou d’un autre opérateur privé sur le domaine public !

La procédure de participation du public par voie électronique (PPVE) a pourtant bien montré que si la phase jusqu’en 2024 prévoyant une esplanade végétalisée était consensuelle, la 2ème phase du projet post 2024 visant à permettre un projet immobilier sur le terrain à bâtir créé par la MECPLU était, elle, fortement contestée. 

C’est que le principe même de l’édification d’un immeuble à cet emplacement  rompt la composition urbaine et la qualité de la perspective de cet axe historique de l’ouest parisien que nos prédécesseurs ont toujours tenu à préserver. Même les garants de la concertation de la PPVE ont pointé l’absence de lisibilité de ce projet par ses contorsions, voire ses contradictions. 

Nous ne pouvons admettre  que par le biais d’une délibération tronquée, mal ficelée, la ville impose un tel transfert d’espace public au profit d’intérêts privés et en faisant passer cela pour un projet d’intérêt général ! 

Je défendrai par conséquent un amendement à la délibération, pour que l’esplanade végétalisée prévue devant le Palais des Congrès soit intégralement classée en zone urbaine verte et que la parcelle constructible en question soit supprimée. 

Dans l’illustration dessinée par l’APUR, vous pouvez voir le bloc devant le Palais des Congrès, le futur éléphant blanc imposé pour après 2024 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.