Vœu relatif au relogement des locataires du quartier Python-Duvernois

Mme Danielle SIMONNET.- Mes chers collègues, le débat que nous avons à cet instant n’est pas sur l’entièreté du projet, ce grand projet de renouvellement urbain que nous avons déjà voté, adopté, il y a de cela de nombreuses années. Le débat que nous avons aujourd’hui, tel que présenté dans la délibération, c’est l’engagement de la démolition partielle des bâtiments A, et la démolition totale des bâtiments E, F, G, H et I de la cité Python-Duvernois. Finalement, le débat que nous avons est sur les vœux rattachés, plus que sur cette délibération, qui fait qu’enfin, cela commence.

Venez discuter avec les habitants de Python-Duvernois. Venez les rencontrer sur place. Il va y avoir plus de journalistes qui seront allés sur place que d’élu.es. Il est important que ce soient non seulement les élu.es de la mairie du 20e arrondissement – et je remercie l’équipe municipale qui a reçu une délégation des habitant.es il y a peu – mais aussi les élu.es qui siègent à la R.I.V.P. Parce qu’en fait, la majorité municipale parisienne tient tous les bouts. Parce que vous êtes majoritaires au sein du bailleur, vous êtes majoritaires au niveau de la Ville de Paris, donc vous êtes en pleine et totale responsabilité sur ce projet, et c’est un beau projet.

Sauf que les gens ne tiennent plus. Ecoutez ce qu’ils vivent. Vous avez un certain nombre de familles qui ont des problèmes de santé, toutes générations confondues, à cause de la pollution du tramway, à cause de la pollution des appartements parce qu’il y a de la moisissure et des vrais problèmes d’absence totale d’aération. S’ajoute à cela une détérioration terrible du quotidien : les rats, les souris, les cafards, les punaises de lit. C’est un tout qui rend la vie insupportable. Mais, le fond du problème, c’est que les habitant.es s’interrogent sur l’état de salubrité des bâtiments, et notamment des trois tours, qui, elles, vont être rénovées, réhabilitées, et pour lesquelles le relogement de ses occupants n’est prévu qu’à la fin. Là, vous annoncez enfin… En pleine séance, on a enfin votre communication. Donc, enfin, les habitant.es vont être informé.es. C’était leur demande parce qu’ils étaient dans l’absence totale d’information sur ce qui allait se passer.

Mais ils demandent le relogement – le relogement maintenant – et un état de l’insalubrité. Parce que si les 3 tours centrales, on se rend compte par les services techniques de l’habitat qu’elles sont insalubres, alors vous devrez, dans le mois, reloger les occupants. Faites cet état des lieux de l’insalubrité parce que je vous assure que les dossiers médicaux des familles sont inquiétants. Regardez cette réalité-là. Cela fait des années et des années qu’ils attendent. Ils vont être, justement à midi et demi, dans la rue Lobeau. Quelques-uns, une délégation. Allez discuter avec eux, parce que quand ils vont découvrir ce document, et que, pour le relogement, certains vont devoir attendre jusqu’à 2026, c’est-à-dire au mieux encore 5 années dans ces conditions, non, ce n’est pas une bonne nouvelle pour eux. 2026, c’est loin. Déjà cette année, avec le confinement, cela a été dur, extrêmement dur. Allez échanger avec eux. Je pense qu’il va falloir bien plus accélérer que simplement 9 relogements par mois. Je pense qu’il va falloir véritablement regarder la réalité du bâti de ces 3 tours et continuer à bien regarder la réalité de chaque famille.

Je voterai cette délibération, mais le vœu de l’Exécutif ne répond pas à la demande de l’état d’insalubrité des 3 tours par les services techniques de l’habitat, telle que je la demande dans mon vœu. Sur le calendrier, de fait, le vœu ne répond pas, mais la communication, là, y répond. C’est déjà au moins cela. Puisque cette maquette est déjà toute belle, toute faite, je pense que vous auriez pu présenter les éléments en commission. Je ne comprends pas pourquoi il y avait besoin de cacher, de rendre secrets ces éléments. Je pense même que, lors du dernier rendez-vous avec les habitant.es, vous aviez ces éléments. Vous auriez pu les transmettre aux habitants, mais vous avez préféré attendre que la jolie maquette soit faite. Je ne comprends pas cette stratégie de communication. Il faut un état des lieux précis du service technique de l’habitat – est-ce que les bâtiments sont insalubres ou pas ? – et le relogement de toutes les familles qui le souhaitent maintenant, et pas dans cinq ans.

Je maintiendrai mon vœu, bien évidemment.

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.