Alors que la pauvreté explose, Paris va dédommager Bernard Arnault et Unibail !

Mme Danielle SIMONNET.- J’ai bien l’intention de faire plaisir à Jérôme GLEIZES et au Groupe Ecologiste de Paris. Je vais donc voter vos amendements.

Très sérieusement, sur ces différentes délibérations, je ne vais pas revenir techniquement sur chacune d’entre elles. Je vais résumer les choses de la manière suivante. On sait que c’est la crise. C’est une crise terrible, une crise sociale et économique, et l’on en est qu’au début. Mais franchement, est-ce que vous pensez que ce sont JCDecaux, LVMH et Unibail qui sont en train, en ce moment, de subir la crise ? Est-ce que c’est à eux que, prioritairement, il faut que l’on accorde 40 millions d’euros, en tout cas une partie des 40 millions d’euros du plan d’accompagnement des concessionnaires ? Est-ce que c’est cela la priorité ? Je ne pense pas, et donc je voterai contre ces délibérations.

D’abord, sur la publicité, je vais être cohérente avec moi-même. Je ne cesse, de séance en séance, à dénoncer l’invasion publicitaire. Ce n’est pas pour exonérer toutes celles et ceux qui organisent l’exploitation des mobiliers urbains d’information pour de la pub. Les colonnes Morris, ce n’est pas toujours pour des spectacles, en essayant parfois de les détourner sur de la pub. Les kiosques pour de la pub. Les abris voyageurs pour de la pub. Les palissades de chantiers pour de la pub. Les édifices, monuments historiques, églises, dont la stabilité impute à la Ville, pour des bâches de pub. Ça suffit. Oui, c’est difficile – ils ont une baisse de leur activité de 33 % – mais je pense que notre soutien au secteur économique en difficulté ne doit pas aller prioritairement à eux.

Concernant les exonérations pour les autres concessions, je ne pense pas que la “Fondation Louis-Vuitton”, qui dépend du groupe LVMH, le “Jardin d’Acclimatation”, ou bien Viparis, le “Parc des expositions”, c’est-à-dire les structures qui dépendent d’Unibail, soient les plus en difficulté.

A la question que se posait Jérôme GLEIZES sur LVMH : oui, LVMH va continuer à distribuer des dividendes. Je crois qu’ils se sont engagés à “maintenir”, c’est-à-dire qu’ils ne progresseront pas. Ils n’en donneront pas plus. Magnifique. Merci, patron. Merci, Bernard ARNAULT, de cette grande prise en compte de la situation si difficile.

On a un million de pauvres en plus. On a une explosion du nombre d’allocataires du R.S.A. Les suicides commencent à avoir lieu dans les petits commerces, les bars, les restaurants. On est dans une situation extrêmement difficile pour des petites entreprises, alors on pense d’abord à eux. Pas un centime pour les grosses entreprises qui distribuent des dividendes. Pas un centime. On ne gâche pas l’argent public du contribuable. Voilà pourquoi je voterai contre ces délibérations.

Une chose sur Unibail, quand même. Franchement, est-ce que vous croyez que, Viparis, il faut en plus continuer à y aller, à les aider ? Je rappelle les séances du Conseil de Paris précédemment, suite aux révélations de la Chambre régionale des comptes qui s’étonnait que pour 263 millions d’euros, la Ville ait indemnisé Viparis dans le cadre du projet de la tour Triangle, pour les indemniser de l’emprise par ailleurs de Viparis sur le “Parc des expositions”. Non. Pas un centime de plus. La Ville s’honorerait à ne pas donner un centime de plus. On verra bien ensuite ce que la justice dira sur le fond du dossier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.