Vœu relatif aux personnels des EHPAD et aux Aides à domicile

Voici le vœu que je défendais et qui a été rejeté :

Mme Danielle SIMONNET.- Nous savons à quel point la situation a été extrêmement difficile pendant le premier confinement et à quel point cela continue toujours de manière difficile, sous d’autres formes, dans les E.H.P.A.D., y compris au niveau des personnes en situation de perte d’autonomie qui bénéficient de soutien d’aide à domicile.

Il faut absolument que nous exprimions de nouveau toute notre reconnaissance vis-à-vis des personnels des E.H.P.A.D. et vis-à-vis des aides à domicile, ces personnes qui sont bien souvent en première ligne et tellement souvent déconsidérées.

A travers ce vœu, je souhaite que la Ville de Paris interpelle le Gouvernement sur la nécessité d’entendre leurs revendications salariales, leurs revendications de conditions de travail, de qualification des personnels des E.H.P.A.D. et des aides à domicile.

Je souhaite aussi que la Mairie de Paris accorde la prime de 183 euros aux agents sociaux catégorie C des E.H.P.A.D., comme aux personnels soignants.

Je souhaite qu’un plan relatif à la prise en charge par la collectivité de la problématique des personnes âgées en perte d’autonomie soit présenté dans la première année de la mandature, comprenant la planification des créations de places en E.H.P.A.D. et le recrutement des aides à domicile.

On a fait un travail volontariste sur plusieurs mandatures concernant la petite enfance. Il faut faire le même travail volontariste de planification par rapport à nos aînés. De combien de places en E.H.P.A.D. avons-nous besoin ? Et si possible que l’on soit dans une logique de créations d’E.H.P.A.D. publics, voire de reprises d’E.H.P.A.D. privés, car vous savez très bien comme moi, qu’il y a eu un certain nombre de scandales importants dans des E.H.P.A.D. privés.

Il faudrait aussi que la Ville de Paris s’engage à proposer avec le CASVP des structures E.H.P.A.D., des structures aides à domicile, associatives comme privées lucratives, aux représentants salariés des E.H.PAD publics comme privés, aux aides à domicile ainsi qu’aux associations des familles de résidents et d’usagers, que l’on crée avec tout ce monde un cadre pérenne et régulier de concertation, parce que si on avait pu avoir ce cadre-là, il y aurait eu beaucoup plus d’informations et moins de tabous sur la situation interne des E.H.P.A.D. ou des aides à domicile, abandonnés à leur triste sort. Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.