Vœu de soutien à l’activité économique des biffins et pour la création d’un marché des biffins dans le 20e ou le 11e

Voici mon intervention pour proposer l’expérimentation d’un marché des biffins dans le 20e ou le 11e arrondissement :

Voici le vœu que je défendais et qui a été rejeté :

Mme Danielle SIMONNET.- Je trouve dommage que le vœu n° 71 n’ait pas été adopté. Concernant ce vœu relatif à la création d’un marché des biffins, d’abord, on va bientôt fêter les 150 ans de la Commune de Paris. Sachez que la biffe est en partie issue de cette histoire, des hommes et des femmes qui récupèrent des vieux objets qui étaient voués à être jetés et qui essaient de leur donner une seconde vie en les revendant.

Il faut bien distinguer la biffe des marchés à la sauvette. Quand on parle de biffe, on exclut la vente de recel, par exemple d’objets tombés du camion ou de produits denrées périssables.

Le problème, c’est que cela fait longtemps qu’il y a ce débat sur la question des biffins et il faudrait vraiment que la Ville puisse avancer. Il y a une bonne expérience qui est le Carré des biffins dans le 18e. Maintenant, même s’il y a des difficultés et que l’on pourrait aussi débattre des modalités, du coût, de l’implication vraiment des biffins à la gestion de ce Carré, au moins il y a un espace qui permet aux biffins de pouvoir vendre sans subir la répression et, en même temps, en se responsabilisant sur la tenue de l’espace public. Même si, encore une fois, en cette période de crise, il faut avoir conscience que le nombre de personnes qui vont avoir besoin de recourir à la biffe va exploser autant que la misère.

A travers ce vœu, je souhaite qu’il y ait une réflexion entre le 20e et le 11e arrondissements pour que l’on puisse expérimenter de nouveaux marchés des biffins, mais cette fois-ci en impliquant les associations de biffins elles-mêmes.

Je voudrais vous parler de l’association “Amélior”, que je connais depuis longtemps, qui fait un travail formidable dans d’autres municipalités, notamment à Montreuil. D’ailleurs, ils ont créé des contrats de travail, ils ont développé une activité autour de cela, et d’impliquer les biffins à cela.

Il y a, à la fois, un enjeu écologique et social de pouvoir valoriser ces marchés des biffins. J’espère que ce vœu, pour une expérimentation d’un marché des biffins entre le 20e et le 11e, sera retenu. Je vous remercie.

Mme Danielle SIMONNET.- On a parlé de ce sujet pendant au moins deux mandatures. Il y a aussi une subvention dégagée par le Conseil régional…

Mme Danielle SIMONNET.- Oui, je maintiens mon vœu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.