Communiqué de Presse : Lafarge à découvert

Dès juin 2016, le journal Le Monde révélait dans une enquête que le cimentier Lafarge avait financé l’Etat islamique en Syrie entre 2013 et 2014, via des commissions allant jusqu’à 13 millions d’euros versées à des intermédiaires, afin de pouvoir continuer les activités économiques de sa cimenterie dans la région.
 
La Cour d’appel vient de rendre sa décision et a validé la mise en examen du groupe cimentier pour “complicité de crimes contre l’humanité”, conformément aux réquisitions écrites du parquet général. 

Je me réjouis de cette décision. Au vu des atrocités commises par l’Etat Islamique en Syrie, il est impensable qu’une entreprise française ait pu collaborer avec Daesh en toute impunité. Il est aussi inacceptable que le gouvernement de l’époque, qui était au courant de ces faits, les ait laissés faire.

L’enquête en cours nous a appris que les services du renseignement français auraient même utilisé le maintien en ces lieux de Lafarge comme source de renseignement. Emmanuel Macron était à l’époque en fonction auprès de François Hollande à l’Elysée. Pouvait-il l’ignorer ? 

J’ai dénoncé ce scandale d’Etat à maintes reprises, et je me réjouis que cette décision mette en lumière le scandale des ramifications économiques qui existent entre les puissances financières et terroristes avec la complicité des Etats.

Danielle Simonnet, Conseillère de Paris, candidate NUPES dans la 15e circonscription de Paris (20e arrondissement)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.