Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu pour le respect des libertés citoyennes militantes sur l’espace public parisien

Mme Danielle SIMONNET.- Cette histoire est totalement surréaliste. Le 1er septembre dernier, un dimanche, aux abords du 1 rue de Vitruve – on est à proximité du marché de la place de la Réunion -, on a des militants de la France insoumise, qui comme chaque dimanche ont leur petite table, mettent leurs petites affiches et font signer, sur leur tablette, leur ordinateur ou leur téléphone portable, pour le référendum contre la privatisation d’Aéroports de Paris, cause par ailleurs que Mme la Maire soutient, mais là n’est pas l’objet. Ils militent, ils font œuvre d’acte de citoyenneté, d’engagement sur l’espace public.

Et que se passe-t-il ? Eh bien, un militant se voit verbaliser d’une amende de 68 euros au motif suivant : dépôt ou abandon d’ordures, de déchets, de matériaux ou d’objets hors des emplacements autorisés, par des agents de la Direction de la prévention, de la sécurité et de la protection de la Ville de Paris, la préfiguration de la future police municipale. Je tiens à préciser qu’il n’y avait pas de tracts par terre, je tiens à préciser qu’il n’y avait même pas, ce qu’on fait sur d’autres marchés, d’affiches scotchées sur les potelets, puisqu’elles étaient posées sur des cartons avec des tendeurs, et vous imaginez que cette installation est totalement retirée pour pouvoir être réutilisée à chaque marché, vu le petit temps de fabrication qu’il a fallu.

On est donc face à une verbalisation inacceptable qui constitue une entrave à la liberté et qui ne vise ni plus ni moins qu’à dissuader de toute action citoyenne dans l’espace public.

Je tiens par ailleurs à rappeler qu’un vœu de l’Exécutif sur la question du référendum sur A.D.P. avait été adopté suite à un vœu que j’avais présenté, où la Ville de Paris s’engageait à mettre en place des affiches et un kit d’information sur la procédure du R.I.P., et qu’on n’a toujours pas ni la fiche ni le kit d’information. Ainsi, je réitère ma demande de ce kit.

Mais on voit bien, dans ce contexte, que le travail des militants est essentiel. Je souhaite donc, à travers le vœu, que toutes les démarches de la Ville qu’il lui est possible de mettre en place soient faites afin que cette amende n’ait pas à être payée – il faut qu’il puisse y avoir un droit de recours – et qu’il y ait une formation au niveau de la Direction de la prévention, de la sécurité et de la protection de la Ville de Paris pour former les agents de sorte que cela ne se reproduise pas.

Or, le week-end, pas dernier mais celui d’avant,…

Téléchargez (PDF, 105KB)