Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu relatif au projet de reconstruction et d’extension de la centrale à béton du groupe Lafarge sur les bords de Seine dans le 15ème arrondissement de Paris

Ah, Lafarge ! Non, non, non, le vœu n° 72, c’est le vœu sur Lafarge. Bien. Donc, excusez-moi, ce vœu est extrêmement important.

J’ai commencé toute seule sur cette bataille contre la centrale à béton Lafarge et l’agrandissement de cette centrale à béton. Je suis ravie qu’à ce Conseil, il y ait plusieurs vœux contre la centrale à béton Lafarge et que différents groupes montent enfin aussi au créneau. Et je pense que l’on peut être majoritaire dans ce Conseil si l’on vote réciproquement nos différents vœux pour exiger de l’Exécutif qu’il mette tout son poids dans la bataille pour qu’enfin, Lafarge soit obligé de revisiter complètement son projet, qu’HAROPA – Ports de Paris soit obligé également de revoir totalement son projet et que, du coup, Lafarge soit contraint de redéposer un nouveau permis de construire. Evidemment, ce que je souhaiterais, c’est carrément que la centrale à béton ferme. Tout simplement parce que l’on a déjà beaucoup… il y a 8 centrales à béton aux alentours. Cela suffit bien.

On ne peut pas voter des vœux où l’on s’engage à sortir de la dépendance du béton, qui est responsable de 8 % de nos émissions de gaz à effet de serre, dire qu’il faut absolument avoir recours aux matériaux biosourcés, et en même temps accepter qu’il y ait une centrale à béton qui multiplie quasiment par deux sa production de béton, avec ce que cela implique alors que l’on est à côté de la Seine, donc un corridor écologique évident, ce qu’a omis de dire la Préfecture dans ses rapports et qui a permis à Lafarge de pouvoir déroger aux réglementations. On va mettre des quantités de produits chimiques, de fuel sur une zone inondable. On va faire en sorte qu’il y ait je ne sais plus combien, 150 camions toupies au diesel qui vont circuler sur le pont Mirabeau et dans Paris. Mais quelle aberration totale !

Donc, il faut absolument batailler là-dessus. Sauf que le vœu de l’Exécutif qui est proposé, je suis désolée, est un vœu où vous êtes en train d’organiser votre propre impuissance, puisque vous ne dites pas ce qu’il faut dire. Votre engagement a été pris vis-à-vis des riverains de Javel de faire en sorte qu’il y ait une revisite complète du projet qui doit aboutir à un nouveau permis de construire. Donc, il faut aller jusqu’au bout. La pollution de la Seine a été avérée. Maintenant cela suffit !

Mme Danielle SIMONNET.- Alors, je conclus.

Pas d’hypocrisie. J’espère que ces vœux seront adoptés majoritairement et qu’enfin, la bataille va apporter une autre étape.

Mme Danielle SIMONNET.- Grand suspense. Et bien, non, le vœu est maintenu puisqu’il n’y a pas l’exigence d’un nouveau permis de construire dans le vœu de l’Exécutif, qui est donc du bla-bla.

Hélas, alors que différents groupes avaient déposé des vœux, que nous aurions pu voté mutuellement, le groupe EELV a retiré le sien au profit de l’exécutif et les vœux n’ont donc pas été adoptés…