Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu relatif à une exonération de loyer pour les foyers dont les revenus ont baissé du fait de la crise sanitaire et sociale

Je vais essayer d’intervenir à la fois pour présenter le vœu et expliquer ma position par rapport au vœu de l’Exécutif.

D’abord, on a instauré des exonérations de loyers pour les locaux d’activité, qu’il s’agisse des commerçants, qu’il s’agisse des associations, des petites entreprises, dont les locaux sont auprès des bailleurs sociaux, dans laquelle la Ville est majoritaire. Donc, la nature de mon vœu, c’est d’étendre cette mesure d’exonération à l’ensemble des familles qui ont perdu la totalité ou une grande partie de leurs revenus. Parce que l’on ne veut pas que les gens se retrouvent dans une situation où, à devoir arbitrer entre remplir le frigo ou payer le loyer, on sait qu’ils auront peur de se retrouver à la rue et ils payeront le loyer. Donc, on est vraiment dans une situation de crise très, très importante dans les quartiers populaires. Je ne vais pas rappeler les chiffres qui ont été annoncés et ont été partagés déjà ce matin, mais la situation de la crise sociale nous frappe et on n’en est qu’au début. Donc, il faut prendre des mesures. Et les mesures passent par ce qui est le plus important dans le budget des ménages : le loyer.

Je renouvelle ma question, parce que je n’ai pas entendu dans la réponse d’Ian BROSSAT sur un précédent vœu : à combien se monte aujourd’hui le nombre de familles en impayés de loyers pour les trois bailleurs, Paris Habitat, Elogie-Siemp et RIVP ? Moi, on me dit qu’il y en aurait déjà au moins 20.000 pour Paris Habitat. A combien on en est ? Première chose.

Deuxièmement, évidemment qu’à travers mon vœu, je souhaite que l’on continue d’interpeller le Gouvernement sur la question d’empêcher toute expulsion sans relogement et surtout, de suspendre la trêve, enfin, de prolonger la trêve hivernale au-delà, voilà, parce que là, il y a une situation vraiment urgente, notamment dans le parc privé. Et que l’on s’engage à des exonérations de loyers. Parce que, dans le vœu de l’Exécutif, vous répondez en disant que l’on augmente de 5 millions d’euros le fonds de solidarité logement, le F.S.L., que, du coup, il atteint 35 millions d’euros et qu’avec cela, cela va aller très bien. Bon. Mais combien on donne aux familles ? Premièrement. Parce que cela, vous ne le dites pas. Et moi, j’ai fait le calcul. Si l’on est à 50.000 familles en situation d’impayés de loyers, cette somme revient à peine à 700 euros par famille. Donc, donnez-nous des précisions parce que là, on ne voit pas où l’on va.