Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu relatif à la précarité étudiante en contexte de pandémie de coronavirus

Intervention sur la communication de la Maire relative à la rentrée :

Non, la rentrée ne s’est pas bien passée. Hier, le directeur de l’Agence régionale de santé annonçait que 40 % des clusters en Ile-de-France étaient liés au milieu scolaire et universitaire. L’accélération de la propagation du virus révèle toute l’incurie gouvernementale. Aucune planification sanitaire n’a été engagée. Les masques sont devenus obligatoires quand le Gouvernement les jugeait inefficaces il y a peu et sans que la gratuité ne soit, hélas, encore instaurée. Les capacités en réanimation de l’hôpital public n’ont pas été augmentées et, à la veille de sa saturation, le Gouvernement préfère se défausser sur les collectivités, stigmatiser la jeunesse et pénaliser les bars ou courir derrière l’extrême droite avec sa loi sur le séparatisme.

Non, aucun moyen supplémentaire à la hauteur n’a été accordé, ni aux écoles ni aux universités, et c’est même à l’école que le Gouvernement a choisi d’alléger les protocoles, quand, pour les amphithéâtres bondés, il aura fallu attendre un long mois avant qu’il ne réagisse. Trop de collégiens et de lycéens et bacheliers qui se sont retrouvés sans affectation, des enfants en situation de handicap sans accompagnateurs, voilà la triste réalité de la rentrée.

Madame la Maire, j’aurais aimé vous entendre et vous voir moins discrète sur tout cela, car je pense que la voix de la Maire de Paris doit se faire entendre face à cette incurie gouvernementale.

Concernant la Ville, j’aurai une série de questions. Y a-t-il eu une augmentation des agents de service pour porter la désinfection des locaux et toutes les tâches sanitaires supplémentaires ? Est-ce que la Ville prévoit de renouveler la distribution de masques gratuits et de mener une campagne en faveur de la gratuité des masques ? L’effort contre la fracture numérique va-t-il être poursuivi ? Car il faut aussi aller au-delà et poser enfin le débat sur la question de la gratuité de l’abonnement Internet.

Concernant la volonté d’accorder plus de moyens aux collèges, d’autant plus engagés dans un effort que vous dites de mixité, attention. Concernant les collèges privés…

…qu’il n’y ait pas de réapparition de subventions facultatives aux collèges privés.

Et dernière chose sur la pollution de l’air autour des écoles, n’occultons pas la bataille de la pollution contre le plomb, et j’espère aussi que cette mandature intégrera l’option végétalienne quotidienne.

Dernière chose, je présente un vœu concernant la précarité étudiante…

Mme Danielle SIMONNET.- J’estime que la situation est extrêmement grave à ce niveau.