Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Soutien au projet de Centre d’Archives LGBTQI

 

 

Mme Danielle SIMONNET. – Oui, on a eu une unanimité avant-hier sur cette question de la lutte contre les LGBT phobies, et la volonté de faire de 2019 l’année de la grande cause de la lutte contre le sexisme et les LGBT phobies. Il faut traduire cela sur des actes forts, concrets. On est, à travers le projet du collectif archives LGBTQI+, sur une matérialisation possible.

Première chose, il y a un an, un amendement au budget du groupe Europe Ecologie – les Verts, un autre de moi-même demandait cette subvention de 10.000 euros pour le démarrage de ce beau projet.

Il faut un an pour que, enfin, la subvention puisse être adoptée. Vous reconnaîtrez que c’est assez long et assez difficile pour l’ensemble des acteurs de devoir subir ce temps si long de notre administration parisienne.

Surtout, pour l’instant, c’est le silence radio sur la question du local. Il faut un local temporaire ou définitif pour permettre à ce projet de centre d’archives LGBTQI+ de voir le jour.

Peut-être que des pistes sur les mairies d’arrondissement vont se libérer. Il ne faudrait pas que ce soient des mairies d’arrondissement avec des sous-sols inondables pour mettre des archives.

Cela peut être aussi une autre piste, je n’arrête pas de dire que l’Hôtel-Dieu est immense, sous-utilisé, nous pouvons travailler avec l’AP-HP non pas pour liquider l’Hôtel-Dieu et en faire un centre commercial, mais pour en faire des projets d’intérêt général.

Quelle subvention l’an dernier, on va s’apprêter à mettre pour qu’on puisse montrer que l’on a un vrai niveau d’ambition sur ce projet, parce qu’on a un vrai niveau d’ambition pour la lutte contre les LGBT phobies et contre le sexisme.

Vous savez, sans lieu, c’est extrêmement difficile de continuer ce travail préparatoire de collecte d’archives. C’est très difficile d’organiser des expositions pour faire vivre la richesse de ces archives. C’est très difficile d’assurer un accueil, un partenariat renforcé avec des chercheurs autour de ces archives.

Vraiment, Mesdames, Messieurs, on doit tous voter pour cette délibération, mais je souhaite vraiment que l’on aille plus vite et avec un vrai niveau d’ambition, un local, et l’an prochain une subvention bien plus importante.