Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Soutenons les acteurs économiques, mais aussi les ménages, par des exonérations de loyer

Ecoutez, cette délibération est assez similaire à celle que nous avons pu voter hier sur le sujet.

Je voudrais d’abord répondre à ce que je viens d’entendre de votre part, Madame CARRERE-GEE. Pour vous le dire franchement, regardez le bilan de la politique gouvernementale ! Le plan de relance du Gouvernement ne relance rien et n’est en rien un plan. Pensez-vous sincèrement que le plan de relance du Gouvernement va bénéficier aux petits commerçants, aux petits artisans, aux petites entreprises ? Nous savons pertinemment qu’une grosse partie de l’enveloppe – des milliards ! – est versée surtout à des grosses entreprises sans aucune contrepartie, ni sociales, ni écologiques. Rien ! Cet argent va d’emblée être aspiré et redistribué aux dividendes des actionnaires. C’est un gaspillage hallucinant, scandaleux, irresponsable mais, en fait, extrêmement cohérent de la part de MACRON qui travaille pour les siens, pour sa caste, pour son camp ! C’est un hold-up d’argent public totalement contraire à l’intérêt général.

Par contre, le Gouvernement pourrait penser, oui, un vrai plan de soutien aux petits commerçants et aux entreprises, non pas en faisant payer par le biais d’exonérations de charges, c’est-à-dire en puisant et en vidant les caisses de la Sécurité sociale, mais en pensant un accompagnement en fonction de critères sociaux et écologiques pour garantir et préserver l’emploi – ce qu’ils ne font pas !

Concernant les mesures de la Ville, je suis néanmoins d’accord avec vous. Est-il pertinent d’arrêter de manière si courte les exonérations de loyers quand on sait qu’un bon nombre de commerces ou de petites entreprises ont durablement des pertes de chiffre d’affaires ? Vu le contexte particulier, mais nous reviendrons tout à l’heure sur les vœux concernant les bars et les restaurants, où l’on refait fermer les bars pendant au moins une semaine sans savoir ce qu’il en sera par la suite, où est le plan de compensation et d’anticipation de ces mesures ?

Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi la Maire de Paris ne s’est pas plus opposée à cette fermeture des bars.

Je vous le dis entre parenthèses : il n’y a eu aucune action de prévention ni de la part de l’État, ni de la part des agents de sécurité Ville de Paris. Je n’ai vu aucune opération de distribution de masques gratuits devant ces bars, par exemple. Aucune consigne pédagogique ne leur a été donnée pour leur dire : “Ecoutez, faites en sorte qu’il n’y ait plus personne debout”, afin de les accompagner pour qu’ils ne se retrouvent pas dans la fermeture.

Je m’égare car, s’agissant de la SEMAEST, je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de bars concernés par la délibération.

Je voudrais dire aussi qu’avoir des mesures d’exonérations de loyers pour les locaux d’activité est une très bonne chose. C’est nécessaire car ce sont bien souvent les charges qui pèsent le plus, qui sont les plus contraignantes, et sur lesquelles nous savons que, pour l’instant, l’Etat n’intervient pas.

Mais je ne comprends pas pourquoi il n’y a pas cette même mesure d’exonération de loyers pour les familles, pour les particuliers, qui ont perdu totalité de leurs revenus et qui n’ont pas forcément eu droit au chômage partiel ; qui, pour certains d’entre eux, n’ont pas le droit au chômage. Je ne comprends pas qu’il n’y ait pas cette volonté de la part de la Ville de Paris de mettre en place des exonérations de loyers et qu’en lieu et place nous avons des mesures floues. Nous n’avons toujours pas connaissance et nous n’avons eu aucun élément d’information lors de ce Conseil de Paris sur le nombre de familles accompagnées sur ces difficultés de payer le loyer et pour quel montant. C’est d’une opacité totale ! Or l’urgence sociale est là !

Si vous voulez aussi que les petits commerçants s’en sortent, il faut aussi penser à ce que celles et ceux qui vivent dans Paris pour que ce qui reste des classes populaires dans Paris ne soit pas obligé de mettre la clé sous la porte parce qu’ils n’arriveront plus à payer leur loyer. Les mesures contre les expulsions locatives, c’est bien, et je les salue, mais il va falloir aussi nous donner des réponses bien plus concrètes et précises sur cette exigence d’exonération de loyers pour les familles qui ont perdu totalité de leurs revenus.

Dernière chose que je ne partage pas dans cette délibération : vous excluez de l’accès aux exonérations de loyers les structures d’activité ayant des retards de loyer, qui ne sont pas à jour dans leur loyer. Quelle aberration !

Mme Danielle SIMONNET.- Pourquoi exclure celles et ceux qui sont justement en plus grande difficulté économique ? C’est une aberration et une incohérence ! Je vous remercie.