Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Pollution de la Seine par Lafarge : l’impunité et la complaisance doivent cesser

Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la Maire de Paris, dit ce matin sur twitter “découvrir avec stupeur” la pollution de la Seine par Lafarge, après la publication par Europe 1 d’une vidéo démontrant que le cimentier rejette délibérément du béton dans le fleuve sur le site de Bercy. La Mairie de Paris va enfin se décider à porter plainte.
Pourtant, la sonnette d’alarme a été tirée depuis longtemps sur cette pollution ! Le précédent de la pollution engendrée par Vinci sur sa centrale de Nanterre aurait dû déclencher d’ores et déjà l’intervention du gouvernement et des collectivités concernées par de tels sites.
Aussi, en octobre dernier, je relayais dans un vœu l’alerte de riverains de la centrale à béton Lafarge de Javel sur “la pollution engendrée pour la Seine par le cimentier, qui a pour habitude de nettoyer ses installations de production de béton avec l’eau du fleuve, et d’y rejeter par conséquent régulièrement ses résidus de béton”. Une telle alerte n’aurait-elle pas dû éveiller la “stupeur” de l’exécutif, et l’inciter à porter plainte et à enquêter sur d’éventuels rejets, non seulement sur le site de Javel, mais plus largement sur toutes les implantations parisiennes de Lafarge, y compris le site de Bercy ? Les conséquences pour l’environnement de ces mois d’inaction de la Mairie de Paris sont assurément immenses. Mais au lieu d’agir, la Mairie a choisi de valider le permis de construire permettant à Lafarge d’agrandir son site de Javel, et ne s’est pas opposée à ce que son occupation des lieux soit prolongée par Haropa-Ports de Paris !
N’oublions pas non plus le précédent scandaleux du contrat qui liait la Mairie de Paris à l’entreprise Lafarge pour le sable de Paris Plages que j’ai été la seule à dénoncer en 2016 au Conseil de Paris, alors que le Monde venait de révéler la collaboration de cette entreprise avec Daech pour préserver son usine en Syrie !
Au-delà de ces rejets inacceptables, la pollution engendrée par l’activité de Lafarge est bien plus large : le béton est un des matériaux les plus polluants, responsable de 5% de nos émissions de carbone à l’échelle mondiale. Alors que la Mairie affirme vouloir favoriser l’éco-construction en utilisant des matériaux alternatifs qui ont démontré leur efficacité (le bois, la terre crue, la paille), la bifurcation écologique du secteur de la construction est urgente face à ces centrales d’un autre âge.
Je demande la fermeture immédiate de la centrale Lafarge de Bercy tant que le problème de la pollution n’est pas réglé, et une enquête sur l’ensemble des sites parisiens de cette entreprise afin de vérifier la présence ou non de rejets polluants similaires. Enfin, des poursuites doivent être engagées pour que Lafarge paie la dépollution de la Seine, causée par ces activités.
L’impunité des actes écocides d’entreprises comme Lafarge doit enfin cesser, ainsi que la complaisance des pouvoirs publics à leur égard.

Communiqué de Danielle Simonnet, Conseillère de Paris (Décidons Paris – FI)

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *