Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

N’abandonnons pas les mineurs isolés à la rue !

Alors que la situation sanitaire exige le confinement et la mise en sécurité renforcée de toutes et tous, les jeunes isolés étrangers se trouvent actuellement dans une situation encore plus précaire et fragile. En effet, le collectif ADJIE recense 300 jeunes à Paris “totalement livrés à eux-mêmes, dormant dans des lieux publics ou dans des camps de fortune”.

Cette situation, insupportable en temps normal, l’est encore plus dans la situation actuelle, où ces jeunes courent également le risque de contracter le COVID-19. La responsabilité de protéger ces jeunes incombe à la Ville de Paris, qui actuellement ne propose aucune solution pour les mettre à l’abri, malgré les instructions en la matière à l’égard des Présidents de Conseils départementaux du Secrétaire d’Etat Adrien Taquet. Le Département de Paris est donc hors-la-loi en n’assurant pas à ces jeunes une protection et un accompagnement décent.

Mme Hidalgo, Mme Versini, qu’attendez-vous pour les mettre à l’abri ? J’ai proposé il y a déjà plusieurs jours, si les solutions d’hébergement manquent, d’envisager notamment la réquisition des auberges de jeunesse ou des hôtels touristiques, afin de mettre à l’abri mais aussi d’accompagner ces jeunes de manière inconditionnelle, et dans des conditions adaptées aux recommandations sanitaires.

La collectivité parisienne doit dès maintenant proposer des lieux et mettre en place un dispositif adapté afin de mettre à l’abri ces jeunes, sans tri ni exception et de manière inconditionnelle : c’est son devoir le plus élémentaire.

 

Danielle Simonnet

 

 

Je relaie également ci-dessous la lettre d’alerte envoyée aux élu.es par le collectif ADJIE (Accompagnement et Défense des Jeunes Isolés Étrangers) :

Situation sanitaire catastrophique des jeunes isolés étrangers : 300 jeunes recensés par les associations

Nous, membres du collectif ADJIE (Accompagnement et Défense des Jeunes Isolés Etrangers), sommes en contact avec de nombreux Mineurs non-accompagnés (MNA) et jeunes majeurs actuellement présents sur le territoire parisien et vous alertons sur la situation critique dans laquelle ils se trouvent.

Le suivi des MNA et des jeunes majeurs bénéficiant d’une aide juridique et administrative auprès de l’ADJIE a permis de recenser un nombre important de jeunes sans domicile, totalement livrés à eux-mêmes, dormant dans des lieux publics ou dans des camps de fortune, notamment à Paris.

Cette situation, inacceptable en temps normal puisque ces jeunes sont dans une grande précarité et ainsi exposés à toutes sortes de violences (vie à la rue, proies faciles pour toutes sortes de prédateurs…), est devenue catastrophique aujourd’hui car ils courent un risque supplémentaire : celui d’être contaminé par le virus et celui de le transmettre à autrui.

 Alors  que l’Etat d’urgence sanitaire a été déclaré il y a bientôt deux semaines sur  l’ensemble du territoire national, aucune mesure concrète de mise à l’abri de tous ces jeunes  n’a été prise à ce jour, et ce, malgré nos interventions auprès de l’Adjointe à la Mairie de Paris chargée des questions relatives à la solidarité, la lutte contre l’exclusion, l’accueil des réfugiés et la protection de l’enfance, restées sans réponse (email du 17 mars et relance du 21 mars suivant) et malgré les dernières instructions en la matière à l’égard des Présidents de Conseils départementaux de M. Adrien Taquet, Secrétaire d’État en charge de la mise en place de la stratégie pour la protection de l’enfance auprès du Ministre des Solidarités et de la Santé.

Aussi nous attirons l’attention de tous les Conseillers de Paris sur ce sujet qui nous préoccupe particulièrement. Nous vous demandons de prendre des décisions, des mesures fortes à la hauteur de cette crise afin de protéger tous ces jeunes et la population, de manière plus générale.

Nous voulons et attendons des lieux précis où nous pourrons diriger tous les jeunes isolés à la rue avec lesquels nous sommes en contact tant que durera cette situation sanitaire d’une exceptionnelle gravité.

Aucun tri entre ces jeunes, aucune discussion s’agissant de leur situation administrative ou juridique ne doit faire obstacle à ce que tous les jeunes isolés étrangers soient mis à l’abri et en sécurité.

A SITUATION SANITAIRE EXCEPTIONNELLE, MESURES EXCEPTIONNELLES

C’est ce que nous attendons de votre fonction d’élu !

DES LIEUX PRECIS POUR TOUS LES MNA SANS-ABRIS

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *