Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Intervention sur les mesures en direction des professionnels, dans le cadre du plan de lutte contre la pollution

 

 

Cette délibération prévoit donc une aide financière pour les professionnels souhaitant remplacer un véhicule utilitaire thermique ancien par un véhicule utilitaire « propre » (électrique ou gaz).

 

“Un véhicule utilitaire “propre””. Mais quand cesserez-vous d’utiliser ce terme ? Il n’existe pas de véhicules motorisés propres. Même la voiture électrique pollue. Sa fabrication n’est pas sans empreinte écologique. Ses batteries au lithium posent de graves problèmes de déchets polluants. Et la fabrication de l’électricité nécessaire est très très loin du 100% énergie renouvelable. Cette course en avant vers le tout électrique est une aberration écologique. Surtout quand il s’agit de la voiture individuelle.

 

Concernant les véhicules utilitaires, évidemment la situation est différente. Pour bon nombre d’activités professionnelles, le véhicule utilitaire est indispensable et ne saurait être remplacé par les transports en commun. Dès lors, toute mesure restrictive doit être accompagnée d’aides pour celles et ceux qui en auront besoin.

Néanmoins, cher-e-s collègues, je continue à penser que l’on marche sur la tête et que c’est au niveau de la production des véhicules que les normes devraient être imposées…

 

Je tiens à signaler néanmoins que j’approuve que cette aide financière pour les professionnels ne soit pas attribuée à n’importe quelle entreprise sans critère.

 

Car je rappelle que pour les particuliers, vous n’aviez établi aucun critère dans l’octroi des aides aux particuliers qui s’engagent à abandonner leur véhicule polluant pour un autre qui le serait moins. Si bien qu’un riche parisien propriétaire d’un 4/4 pourra bénéficier de l’aide municipale ! Celles et ceux qui n’ont pas les moyens de se payer un parking, sont matraqués par les hausses relatives au stationnement en surface y compris résidentiel, vont donc payer pour que des contribuables de l’impôt sur les grandes fortunes s’offrent une nouvelle voiture ! Vous organisez la redistribution des richesses à l’envers !

 

Cette aide est réservée aux très petites entreprises de moins de 10 salariés de toute la petite couronne, afin de cibler particulièrement les entreprises les plus modestes, notamment les artisans et commerçants. Un seul véhicule est subventionnable par entreprise et un montant maximum de l’aide est fixé à 15 % du prix d’achat avec un plafonnement de 3 000 € à 9 000 € selon la taille du véhicule utilitaire.

 

Néanmoins, n’y aurait-il pas d’autres critères plus précis à établir ? Une entreprise peut très bien être de petite taille mais engranger des bénéfices élevés. Tandis que nombre d’entreprises entre 10 et 50 salariés peuvent être dans des situations économiques très tendues. Demander les comptes de résultat des entreprises et établir un critère à cet égard me semble être le minimum ! Les impôts des parisiens et des parisiennes n’ont pas à aider des entreprises très bénéficiaires.

 

Les critères sont pour l’instant totalement insuffisants. Comment mettre au même niveau un grand traiteur parisien localisée aux champs Elysées et la petite société de nettoyage ou l’entreprise de plomberie du 20e ?

 

En l’état, si j’approuve pleinement le principe d’aider les artisans, commerçants et petites entreprises, en l’absence de ces critères, je n’approuverai pas la délibération et je m’abstiendrai.

 

Je vous remercie.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *