Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Intervention sur les subventions aux associations pour des projets en quartiers parisiens “Politique de la ville” sur la laïcité, la citoyenneté et les valeurs de la République

Mes chers collègues, cette délibération doit nous permettre de poursuivre le débat que nous avons déjà eu ici.

Il est important de non seulement promouvoir la laïcité, l’égalité et la lutte contre toutes les formes de discrimination mais aussi promouvoir l’implication citoyenne, promouvoir les mouvements d’éducation populaire, promouvoir l’action des associations féministes pour justement permettre une appropriation collective et un ancrage d’autant plus fort chez l’ensemble de nos concitoyens et concitoyennes de ces principes-là et de les faire vivre sur l’ensemble des territoires.

En cela, j’approuve cet aspect de la délibération. Maintenant, évidemment, la contextualisation, après les terribles attentats, la mobilisation citoyenne de janvier 2015, cet appel à projets ont aussi un autre sens, fort, pour que nous fassions France soudée sur nos principes républicains.

Mais, ce qui me met mal à l’aise, c’est que nous soutenons une délibération pour insister sur les actions en quartier “politique de la ville”. Pourquoi ? Pourquoi faut-il cibler les quartiers en politique de la ville ? Est-ce qu’on sous-entend que c’est dans les quartiers “politique de la ville” qu’il y aurait moins d’adhésion aux principes fondamentaux de la République ? Ou bien est-ce qu’on pense que c’est issu des quartiers “politique de la ville” qu’il y aurait plus d’engagements au Jihad ?

Si l’on pense que c’est dans les quartiers politiques qu’il y a d’autant plus de victimes des discriminations, qui agit, qui les discrimine ? Sont-ils issus de ces mêmes quartiers “politique de la ville” ?

Je voudrais vous rappeler, par exemple, que l’an dernier on s’est tous exprimés pour dénoncer les manifestations à caractère clairement raciste dans le 16e arrondissement à l’encontre du cirque Romanès. Nous sommes nombreux ici à être choqués par les propos, y compris par ceux tenus par des élus, non des moindres, et des maires de certains arrondissements ici présents, qui ont pu être proférées à l’encontre des centres d’hébergement, des camps humanitaires. On voit donc bien que cette bataille pour les principes qui sont les nôtres ne doit pas se limiter à une classe, comme si les classes laborieuses étaient forcément des classes dangereuses et en désaccord ou en décalage avec nos principes républicains.

Vous savez quoi ? En fait, je crois tout l’inverse. Je pense qu’il y a un vrai travail à faire également dans les ghettos de riches. Il y a un vrai travail à faire au niveau des consciences également dans ces ghettos de riches. Je souhaiterais qu’on délocalise… Bien sûr, après c’est intéressant de développer et de soutenir les associations qui travaillent parmi les publics les plus abandonnés socialement par les services publics, mais ne croyons pas que c’est l’action de l’éducation populaire qui va supplanter les services publics. Ils s’en prennent d’ailleurs plein la “tronche” en termes de baisse de subventions, au même titre que les services publics se font matraquer par des politiques d’austérité.

Autre parenthèse, qui ne me met pas complètement à l’aise. Il y a une association et j’aimerais entendre la Maire du 14e ou les élus du 14e, qui, j’en suis persuadée, pourraient me rassurer à ce sujet. Il existe une association “CEPIJE” , qui est une association paroissiale. Elle a été fondée en 1992 par la paroisse Saint-Pierre de Montrouge, dans le 14e arrondissement, et va être subventionnée pour mener des actions en matière de laïcité. J’ai visiblement l’impression que sur le papier il n’y a vraiment aucun souci puisque ses projets menés en lien avec le M.R.A.P., me semblent extrêmement intéressants. Les échos que personnellement j’ai pu avoir de l’action que cette association mène sur le quartier, m’avaient l’air tout à fait laïcs.

Néanmoins, il faudrait avoir une discussion avec cette association, comme avec d’autres, pour voir s’il n’y a pas une possibilité qu’il y ait à un moment donné un changement de leur objet déposé loi 1901. En effet, vous comprenez bien qu’il est quand même un peu particulier de donner des missions sur la laïcité à une association qui a encore la définition “cultuelle” de son objet, même si dans sa pratique elle y échappe. Vous voyez ce que je veux dire ? J’ai eu le même problème en 2001 avec une autre association qui faisait un travail très bien sur le terrain, mais qui, à un moment donné, devait accepter d’assumer un autre rapport à la paroisse si elle souhaitait bénéficier de l’argent public et il fallait qu’elle se laïcise véritablement.

Dans d’autres endroits en France, notamment à Colombes, à Suresnes, les antennes de cette même association, elles, assument complètement un lien très étroit avec la paroisse. Ce n’est pas le cas du 14e et je ne vous appelle pas à ne pas soutenir ce projet, mais vous comprenez la subtilité que je souhaite engager.

Dernière chose pour conclure. N’oublions jamais que c’est à l’Education nationale que revient la première tâche de contribuer à l’éducation citoyenne et civique des futurs citoyens de la République et de la création surtout de leur libre-arbitre. Par contre, bien sûr, que l’ensemble des contributions de la Ville pour que le mouvement d’éducation populaire puisse permettre d’amplifier l’implication citoyenne à tous les niveaux, le libre-arbitre et l’émancipation est une nécessité absolue.

Je vous remercie et voterai donc pour cette délibération.