Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Intervention sur la rentrée scolaire

Le vœu que j’ai défendu sur la réforme de la caisse des écoles :

Mon intervention :

Non, Madame la Maire, ce n’est hélas pas une bonne rentrée, ni à Paris ni ailleurs, et les inégalités scolaires à l’échelle de l’ensemble du pays ne cessent de s’aggraver.

Ce n’est pas une bonne rentrée parce que le Gouvernement ment depuis le début de cette mandature. Les enseignants le savent, les promesses de 60.000 postes dans l’éducation pour pallier partiellement les suppressions sous Sarkozy, dans les faits, c’est du pipeau. Le ministère fait passer des titularisations de contractuels pour des créations de poste, ne distingue pas les stagiaires et j’en passe.

Sur la capitale, la mobilisation des enseignants et des parents a permis d’empêcher des suppressions de classes mais pas toutes. Certaines demeurent, y compris dans les quartiers “politique de la ville”.

Les problèmes de remplacement perdurent. Côté collège, la réforme est catastrophique : source d’inégalités, destructrice d’enseignements disciplinaires et synonyme de soumission des enseignants aux logiques managériales. Dans cette communication, la Ville ne fait qu’accompagner la territorialisation de l’école. La confusion se poursuit entre les temps périscolaires et scolaires avec cet aménagement des rythmes éducatifs avec lequel je ne suis toujours pas d’accord.

Sur le périscolaire, nous attendons toujours la mise en place de la filière animation, et des précisions sur le calendrier de l’école de formation serait bienvenu. J’espère que la réponse de l’Exécutif permettra d’étayer à ce sujet.

Malgré les travaux dans les écoles, nombreux je le sais, beaucoup de problèmes remontent sur le terrain. Pour le second degré, de nombreux C.I.O. ont fermé et là, j’insiste : notre Assemblée en porte une lourde responsabilité, une écrasante responsabilité. Combien de fois j’ai alerté sur le fait que nous allions avoir cette suppression du fait de cette décision du Département de Paris de retirer sa responsabilité de la gestion d’un certain nombre de C.I.O. départementaux.

Maintenant, un dernier mot sur la réforme des caisses des écoles. Je voudrais rapidement présenter mon vœu rattaché. En finir avec l’opacité des caisses des écoles, j’estime que c’est une bonne chose, sauf si l’opacité se déplace dans une caisse plus grande. La réforme doit garantir plus de transparence, doit permettre de sortir de la précarité les agents des cantines, augmenter le bio et le circuit court par une amélioration de l’assiette de tous les Parisiennes et Parisiens par des commandes en petits lots, favorisant l’émergence de nouvelles filières. Nous devons veiller à la pérennité des projets existants dans les arrondissements, comme les goûters gratuits ou les projets augmentant la part de bio ou l’approche de repas de types végétarien ou vegan.

J’estime que c’est une rentrée contrastée. Globalement, regardons bien utilement la situation à l’échelle du territoire. Si, sur la capitale, nous avons beaucoup de moyens, les choix de la politique gouvernementale impactent néanmoins la logique municipale et prenons garde à cette logique de territorialisation dans laquelle nous nous engouffrons.