Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Intervention sur la privatisation de la verbalisation du stationnement à Paris

Le vœu que j’ai défendu :

Mon intervention :

“Et Mme SIMONNET est en colère. Mme SIMONNET est en colère, figurez-vous, et je pense que les Parisiennes et les Parisiens vont être également en colère quand ils vont découvrir ce qui se prépare.

On va reprendre. D’abord, il y a la réforme du statut de la Ville de Paris qui va permettre de rattacher les agents de surveillance de Paris, A.S.P., jusque-là dépendants de la Préfecture de police, à la Mairie de Paris et seront intégrés à la brigade anti-incivilités. Bien.

Depuis aussi la loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles de janvier 2014, dite loi MAPTAM, il est autorisé d’externaliser le contrôle du stationnement payant dès 2018. De plus, cette loi dépénalise le stationnement et autorise les communes à fixer les tarifs et amendes dès 2018.

Face aux politiques de baisse des dotations de l’Etat aux collectivités, il est donc à craindre que l’augmentation des tarifs et amendes de stationnement deviennent la bonne variable d’ajustement budgétaire des collectivités pour compenser ces politiques d’austérité.

C’est dans ce contexte que l’on apprend qu’il serait envisagé d’externaliser la verbalisation et donc de privatiser les pervenches. Ce serait d’ailleurs soumis à délibération au Conseil de Paris de novembre. J’espère qu’il s’agit là de totalement fausses informations, mais je crains que non puisque l’Exécutif a émis un avis défavorable sur mon vœu.

Je tiens donc à dire à travers ce vœu que les organisations syndicales n’ont absolument pas été consultées, sur cette définition des missions des A.S.P., sur le remplacement par des entreprises privées. Je supputais déjà cette évolution lors du budget de la Préfecture de police dans mon intervention du Conseil de Paris de juillet.

Visiblement, j’avais bien raison d’anticiper ce loup puisque le loup arrive. Et ce loup, c’est catastrophique parce que la situation des agents va totalement se dégrader, qu’il s’agisse de leurs salaires, des conditions de travail, de la qualité du service. C’est aussi une insulte au travail des fonctionnaires puisque l’argument d’un surcroît d’efficacité du privé par rapport au public est vraiment une méprise de l’ensemble des fonctionnaires.

Je conclus. Je demande à travers ce vœu que la Ville renonce, n’externalise pas le stationnement payant et engage des négociations avec les organisations syndicales représentatives des A.S.P.

Merci.”