Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Intervention sur l’usine d’incinération d’Ivry

Le vœu que j’ai défendu :

Mon intervention :

Comme vient de le dire en d’autres termes ma collègue du groupe des Ecologistes de Paris, nos déchets sont de l’or pour les multinationales et nous, nous devons au contraire les considérer comme des biens communs.

Hé oui, à travers ce vœu relatif à l’usine d’incinération d’Ivry et aux prochaines décisions qui auront lieu dans le Syctom, je souhaite à nouveau sans relâche, vous alerter contre ce projet, par ailleurs évalué à plus de 2 milliards d’euros pour Suez, comme cela a pu être dit.

Ecoutez, la Commission nationale du débat public avait décidé qu’il n’y avait pas lieu d’organiser un nouveau débat public, mais pourtant ce débat public concernant ce projet date déjà de plus de 5 ans, et donc, en conséquence, la phase d’enquête publique devrait être lancée. En effet, le projet a considérablement évolué depuis sa première proposition: en réduction de la capacité de l’incinération, en suppression du tri mécano-biologique (T.M.B.) sur le site, et les évolutions du contexte, qui ont conduit à la réduction du projet, sont loin d’être terminées. Le projet risque donc encore d’être totalement surdimensionné. L’incinération est une pratique obsolète, polluante, par rapport à la réduction du volume des déchets et aux autres méthodes de valorisation.

Le T.M.B. des déchets a un mauvais retour d’expérience du point de vue de ses produits, du fonctionnement des installations et de sa performance économique. L’A.D.E.ME demande aux collectivités d’envisager avec prudence d’engager de tels projets.

La Ville de Paris a, par ailleurs, un plan de réduction des déchets “Adhère à l’objectif Zéro waste”, je préfère dire “Zéro déchet”. Elle est un territoire zéro gaspillage zéro déchet, elle promeut le compostage de proximité, elle met en place la collecte sélective des déchets biologiques, elle participe à la démarche de diminution du gaspillage alimentaire, elle améliore la collecte du verre, elle relance le tri domestique en particulier celui des emballages, et ces démarches sont loin d’avoir donné encore tous leurs effets.

Je demande donc, à travers ce vœu, qu’enfin, au Syctom on en prenne compte, 1, que l’on réévalue avec les communes concernées les prévisions de volumes générés, collectés, recyclés et incinérés, que du coup, on demande un audit sur les performances à venir et qu’on évalue les propositions associatives telles que le plan B’OM (Ordures ménagères) proposé par le collectif et que donc, dans le Syctom, on se prononce pour un moratoire de 5 ans sur le projet.