Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Intervention sur l’Institut des Cultures de l’Islam

 

Je ne voterai pas cette délibération. Votre politique, en définitive applique les préconisations du rapport Machelon de 2006 commandé par Sarkozy qui visait à remettre en cause la loi de 1905 afin de permettre aux communes de financer les cultes en s’appuyant sur la confusion entre le culturel et le cultuel. Vous refusez de prendre conscience des si pertinentes contestations actuelles des politiques clientélistes, communautaristes menées par nombre d’élus. Au contraire, vous vous y complaisez, tout en prétendant être défenseurs de la laïcité.

 

Vous justifiez la création de l’Institut des cultures d’Islam dans le secteur de la Goutte d’Or, considérant le quartier comme “emblématique d’une présence musulmane désormais inscrite dans l’histoire de Paris”. Vous assignez ainsi les habitants d’un quartier à une communauté religieuse.

 

Je récuse la réduction et l’amalgame entre immigrations et religion. L’histoire de tout Paris est étroitement liée à l’histoire de l’immigration et ne saurait être déformée et réduite aux faits religieux. Nous n’avons ni à trier entre français et résidents étrangers, ni à trier en fonction des croyances. Les croyances ou non croyance des habitants d’un quartier, comme les vôtres cher-e-s collègues, ne concernent que la sphère privée. Et ensemble, avec nos histoires, nous devant faire France de tout bois !

 

Vous semblez par ailleurs ignorer que l’on peut venir d’un pays non laïque où une religion d’Etat est imposée, et être aussi bien athée que croyant. Quel paradoxe, alors que la ville s’apprête si justement à attaquer Fox news pour ses déclarations relatives à certains de nos quartiers qui seraient des “No-go-zones” pour les non musulmans, que de déclarer certains quartiers “emblématiques d’une présence musulmane”. Cette confessionalisation de l’espace public, cette vision communautarisante sont inacceptables.

 

Je pense à cet instant à mes amis du Front Populaire Tunisien qui ont perdu certains de leurs dirigeants, comme Mohamed Brahmi et Chokri Belaid, assassinés par la même bande que ceux de Charlie hebdo et de l’Hyper Casher, en Tunisie parce qu’ils se battaient pour une constitution laïque dans le processus de la révolution citoyenne tunisienne. A quelle communauté voulez-vous donc assigner les résidents étrangers tunisiens à Paris ? Est-ce ainsi que vous honorez le combat laïque pour lequel nos amis ont été assassinés le mois dernier ?

 

Ni Paris ni la République n’ont à être transformés en mosaïque pluriconfessionnelle ! Quelle erreur de croire qu’on serait plus efficace dans le combat contre le racisme anti musulman qui se développe de façon inquiétante dans notre pays en remettant en cause la laïcité. C’est l’inverse. La Laïcité nous protège, nous émancipe. Elle est garante de nos libertés de croire ou de ne pas croire et nous permet de vivre ensemble.

 

La laïcité est le principe d’organisation de notre République. Il établit, par la séparation des églises et de l’Etat, que le religieux relève de la sphère privée, et n’a pas à régenter l’espace public. La laïcité, ce n’est pas une arme contre les religions. Elle reconnaît tous les citoyens sans assignation et les traite à égalité. Pas de privilèges publics pour les religions, ni pour l’athéisme. C’est la condition de l’exercice de la citoyenneté, qui ne doit souffrir d’aucun dogme, d’aucune vérité révélée. C’est donc ce qui permet d’exclure tout délit de blasphème.

 

Cher-e-s collègues, la République ne reconnaît ni ne finance aucun culte. C’est à la communauté de croyants de financer leur lieu de culte.

 

La délibération revendique carrément je cite “l’enjeu déterminant du projet est la juxtaposition des activités culturelles et cultuelles”. Je dénonce la ruse qui consiste à financer le culte en finançant la culture. Je dénonce l’usage du mot culture comme soumission statique à la tradition, alors que la culture dynamique c’est le dépassement critique de cette tradition, en vue de l’émancipation ! Je dénonce l’amalgame entre culture et religion. Faut-il rappeler à Madame la Maire que l’Espagne nationale-catholique brimait les athées au nom de la culture espagnole, et tout récemment a remis en question le droit à l’IVG au nom de cette même culture ? Votre clientélisme électoral vous fait fouler au pied la laïcité comme émancipation, reproduire honteusement les ruses de Sarkozy pour contourner la Loi de 1905. Vous détournez l’argent public pour des religions qui n’engagent que leurs fidèles alors même que nombre de services d’intérêt général sont en souffrance faute de crédits ! Bref vous sacrifiez l’intérêt général sur l’autel de l’intérêt particulier. Vous devriez relire le décret de Ventôse An II : « nul citoyen ne doit être contraint de financer un culte ». Arrêtez donc de contredire vos beaux discours laïques par des pratiques antilaïques !

 

La Goutte d’Or gagnerait pour son vivre ensemble à bénéficier d’un Institut Transculturel. Un lieu d’éducation populaire culturel. La culture est faite d’échanges, elle est l’échange, et c’est en cela qu’elle nous émancipe. L’assigner à une résidence communautaire, qui plus est religieuse, c’est l’enfermer et nous enfermer. Et c’est tuer notre vivre ensemble ou le condamner à la guerre civile. C’est là tout l’objectif des tenants du choc des civilisations, que je ne cesserai de combattre.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *