Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Intervention en faveur d’une enquête parlementaire sur les liens des grandes entreprises françaises avec Daech, à la suite de l’affaire Lafarge

Le vœu que j’ai défendu et dont le principe général a été adopté par le Conseil de Paris :

Mon intervention :

Mes chers collègues, “Lafarge”, le retour !

Si vous vous souvenez bien, au mois de juillet, lors du Conseil de Paris, j’étais intervenue pour dénoncer ce qui me semblait être une monstrueuse hypocrisie, le fait que la Ville de Paris puisque signer une convention avec “Lafarge” pour pouvoir bénéficier du sable de “Lafarge” pour “Paris Plage”, alors que “Le Monde”, fin juin, avait révélé dans le cadre de ses enquêtes que l’entreprise “Lafargeholcin” avait, pour pouvoir continuer à exploiter sa cimenterie située à Jalabiya en Syrie, a priori participé à des financements indirects de Daech via divers djihadistes, en payant des taxes, en achetant des matières premières, et que ce scandale ne pouvait pas en rester là.

Sachez qu’un extrait de mon intervention dans cette séance du Conseil de Paris a été mis sur Facebook sous-titrée et il a fait 1.130.000 vues. Je n’en tire pas une gloire mais cela veut dire qu’il y a une grave préoccupation : 1.130.000 citoyens et citoyenne ont souhaité partager et ont transmis énormément de messages parce qu’ils trouvent cela totalement scandaleux qu’il y ait une telle impunité. D’ailleurs, l’O.C.D.E. rappelle, dans des rapports récurrents, les déficiences de la France en matière de lutte contre la corruption des entreprises françaises à l’étranger.

La lutte contre les terroristes et l’organisation Etat islamique Daech nécessite de s’attaquer économiquement à ce qu’ils représentent. Voilà pourquoi je demande dans ce vœu que nous interpellions le Gouvernement. Notamment je demande quoi ? J’exprime le fait que la Ville de Paris ne peut pas fermer les yeux sur les agissements des entreprises avec lesquelles elle collabore, qu’il s’agisse de marchés, de concessions ou autres. Là, je peux entendre que la Ville de Paris a été prise de cours entre l’enquête du “Monde” fin juin, la délibération qui était déjà prévue et le fait qu’il n’y ait pas non plus une contre-expertise, une contre-enquête.

A travers ce vœu, je demande que l’on interpelle nos députés – certains cumulent d’ailleurs dans cette Assemblée, hélas évidemment comme à chaque fois ils sont absents – qu’ils demandent la constitution d’une Commission d’enquête parlementaire digne de ce nom, afin de faire toute la lumière sur d’éventuels liens entre les entreprises françaises et Daech, et de disposer de l’accès aux documents non transmis lors de la mission d’information qui, elle, a eu lieu de manière bien trop hâtive.

Et que par ailleurs, on en profite aussi pour prendre l’engagement ici d’abandonner le recours au sable sur “Paris Plage”, puisque nous savons que le sable sur “Paris Plage” est par ailleurs totalement anti-écologique.

Je vous remercie.

Mme Danielle SIMONNET. – Tout à fait, et je vous remercie, à travers la proposition de l’amendement de l’Exécutif, en tout cas les deux engagements, premièrement, d’interpeller le Gouvernement pour que toute la lumière soit faite sur le lien entre les entreprises françaises et Daesh. Deuxièmement, que l’on réfléchisse à l’abandon de l’utilisation du sable qui est, je vous l’accorde, un autre sujet.