Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Intervention sur le Crédit Municipal de Paris

Mme Danielle SIMONNET. – En matière de nostalgie, entre ceux qui ont la nostalgie de DELANOË, ceux qui ont la nostalgie de la période TIBERI et de la période CHIRAC, on se retrouve tous pour commémorer parfois d’autres périodes de l’histoire de Paris, comme la Commune de Paris, mais si on pouvait à ce moment-là en tirer des enseignements, ce serait fort intéressant.

Toute cette question autour de l’activité du Crédit Municipal de Paris et de sa filiale devrait être autour des outils publics que l’on veut bien se donner et pour faire quoi. C’est le cœur du problème à travers la filiale C.M.P. Banque. Que la Ville de Paris, capitale de la France, puisse avoir des outils propres et publics pour pouvoir contribuer à du microcrédit, que ce soit vis-à-vis des particuliers, des associations et, comme cela a été dit précédemment, pour financer notamment la rénovation thermique du bâti, cela aurait pu être une très belle idée, sauf que ce n’est pas pour cela qu’a été fait le C.M.P. Banque.

Honnêtement, même si ce n’est pas l’objet de la délibération, il faut savoir qu’il y a eu énormément de doute sur les opérations qui ont été effectuées antérieurement, au bénéfice de qui, pour quoi, comment ? Quand on sait qu’il y a 8 % seulement des “clients” qui étaient des Parisiennes et Parisiens, vous aurez toujours une suspicion sur des crédits pourris ou des malversations, toujours une suspicion et notamment de la part de gens qui peuvent être très en colère de se retrouver avec 120 suppressions d’emploi, sans que la lumière totale n’ait été faite.

Il y a cet autre volet que j’aimerais bien que chacun le réalise. On sait tous que le Crédit Municipal de Paris se porte bien. On a liquidé sa filiale. Cela s’est soldé par un licenciement de 120 personnes, alors que la maison mère se porte bien…

… Vous savez qu’il y a des démarches et que cela pose question.

Il y avait à un moment donné un recours en Tribunal administratif, qu’est-ce qu’il en est ? J’aurais aimé vous entendre dessus. Je ne suis pas du tout spécialiste du sujet.

Je vous remercie.