Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Intervention sur la création de crèches parisiennes

On fait 10.000 places en crèche dans la mandature, c’est l’objectif affiché. Alors, on les fait où et comment ? Et donc, la question qui se pose c’est aussi : et quel mode de gestion ?

Nous ne cessons pas, depuis la précédente mandature, d’insister pour dire nous nous considérons que nous sommes pour la création d’un service public de la petite enfance et donc nous défendons les crèches 100 % publiques et soutenons les projets de crèches associatives, qui correspondent à une implication souvent particulière au niveau de la parentalité, d’un quartier, mais nous sommes opposés aux crèches à caractère lucratif, sous article 30.

Dans la délibération, le choix qui est fait d’aller chercher des places en crèche dans des structures de type des Ministères, des entreprises privées, des crèches privées, dans des arrondissements où l’on n’a pas d’emprise au sol, on rachète des places en crèche pour les mettre à disposition des Parisiennes et des Parisiens, finalement c’est la même chose que l’article 30. Il ne faut pas se raconter d’histoire.

Si l’on est cohérent et contre l’article 30, on est contre ces places-là. C’est une question de volonté. Si l’on veut œuvrer à transformer les arrondissements ghettos de riches en arrondissements mixité sociale, parce qu’on estime que la mixité sociale, ce n’est pas toujours dans l’autre sens, c’est-à-dire comment mettre des classes moyennes supérieures dans les quartiers populaires, mais c’est aussi comment modifier le peuplement de quartiers extrêmement valorisés, on le fait progressivement. D’abord, on se bat et on préempte pour faire du logement social, ce qu’on essaie de faire.

Un travail est fait également par le biais du diffus car, forcément, dans ces arrondissements, le foncier est très élevé. Profitons de ces fenêtres-là pour essayer de voir quelles sont les emprises pour faire des places en crèche. Je préfère un retard en termes de places en crèche dans le 16e, qu’on ne passe pas par l’article 30 et que, par contre, on aille prioritairement satisfaire les places en crèche et sinon on assume d’avoir un recours aux moyens financiers. Cela revient au débat que l’on a eu hier… Hier ou aujourd’hui ? Nos journées sont tellement longues que je finis par oublier ; on ne se quitte plus.

Quand on voit les moyens qui ont été gaspillés dans un mauvais montage financier pour la Philharmonie, plus de 20 millions d’euros gaspillés, excusez-moi mais il y a des arbitrages à un moment donné qui permettent… Si on avait mis 20 millions d’euros sur la table en plus pour les crèches, je pense qu’on aurait pu trouver des solutions qui nous permettraient de ne pas passer par l’article 30.

Je vous remercie.