Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Débat sur le budget : Paris au pain sec !

Débat sur le budget : Paris au pain sec !

Anne Hidalgo s’incline sur la baisse des dotations de l’Etat, dont elle ne revendique que l’étalement et s’apprête à appliquer les mêmes recettes libérales de réduction des dépenses via la réforme de l’administration parisienne, le non remplacement des départs en retraite.

 

Le recours aux marchés privés s’accélère, les subventions aux associations sont menacées, la course aux petites recettes supplémentaires est lancée…

 

Je suis intervenue pour dénoncer cette adaptation à l’austérité qui constitue une vis sans fin, une impasse écologique, sociale et  économique.

 

J’ai également interpellé les groupes de la majorité EELV et PCF : vont-ils enfin s’opposer ou continuer leur accompagnement de ces politiques libérales ? Ce qui s’impose au niveau national doit s’imposer également au niveau local.

 

Comme le remarque le journaliste Sylvain Tronchet, quand je dénonce la politique du gouvernement comme étant une politique de droite, seule la droite s’insurge et chahute… Au PS, ils assument ?

 

tweet_PS_droite

 

Ci-dessous, mon intervention en séance :

 

Madame la maire, vous voudriez vous faire passer dans les médias pour une frondeuse vis à vis du gouvernement. Mais vous n’êtes pas crédible.

 

Vous avez de fait refusé d’engager un réel bras de fer. Vous avez préféré faire diversion avec votre démarche com’-gadget de plébiscite du budget participatif plutôt que de mobiliser les parisiennes et les parisiens contre les politiques d’austérité imposées par le gouvernement Hollande-Valls. Et oui, de fait, vous vous préparez à mettre Paris au pain sec.

 

Un petit vœu de l’AMF contre les baisses des dotations voté le mois dernier et vous voilà déjà résignée à accepter la baisse de 200 millions d’euros à laquelle s’ajoutent les 440 millions d’euros de contributions de solidarités de territoire. Ce n’est plus un demi-milliard en moins, mais 640 millions d’euros qui feront défaut dans les caisses de la ville ! Tout juste demandez-vous l’étalement de ces baisses de dotation. Mais les coups de rabot de l’austérité d’aujourd’hui ne préparent que ceux de demain qui seront encore plus conséquents. L’austérité c’est une vis sans fin !

 

Alors ce nouveau budget 2015 se fera avec les bonnes recettes libérales d’hier : réforme de l’administration parisienne, non remplacement des départs en retraites, forte inquiétudes sur le devenir des contrats précaires, baisses prévisibles de certaines subventions aux associations, inquiétudes sur les équipements culturels, poursuite aggravée d’externalisation de service via le recours aux marchés d’appel d’offres, ventes annoncées mais non précisées du patrimoine…

 

Les quelques compromis circonstanciels obtenus sur la métropole du grand Paris ou l’espoir sur la taxe de séjour ne pèsent pas lourds face aux baisses des dotations, à la poursuite de la casse de l’hôpital à Paris ou encore à la volonté gouvernementale d’encourager le travail du dimanche à Paris, dernier point sur lequel vous semblez déjà avoir cédé.

 

J’entends m’adresser aux groupes EELV et PCF de votre majorité : allez-vous vous opposer à ce budget 2015 de soumission à l’austérité ou allez-vous poursuivre votre accompagnement ?

 

Ce gouvernement mène une politique de droite.  Il faut choisir son camp. S’y soumettre ou s’y opposer. J’ai choisi depuis longtemps.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *