Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu relatif à l’hébergement d’urgence et à l’accueil des réfugiés

L’intervention de présentation de mon vœu :  

Mes chers collègues, c’est dans la suite du débat que nous venons d’avoir.

La situation est globale et on en a bien conscience, tant qu’on ne s’attaque pas aux causes des exils, eh bien, nous avons une augmentation du nombre de réfugiés et la situation n’est pas près de changer.

Je ne sais pas si d’autres collègues comme moi sont déjà allés à la jungle de Calais, mais c’est assez dramatique et édifiant. Vous n’en sortez pas indemne de voir la situation où, en France, en 2016, on est capable d’avoir le plus grand bidonville d’Europe, 6.000 réfugiés dans une situation catastrophique. Et en même temps, sur place, c’est une très grande humanité par les militants qui sont engagés et les réfugiés eux-mêmes qui essayent d’organiser les solidarités.

Finalement, l’Etat, en brisant et en évacuant, en cassant la moitié de cette jungle de Calais, en proposant des offres d’hébergement totalement décalées…

Vous savez que c’est 3.550 personnes qui vivaient dans la zone qui a été démolie, et on ne proposait au niveau de l’Etat que 800 hébergements.

Forcément, à chaque fois que l’on va faire une politique de destruction d’un bidonville sans offrir les moyens de relogement quelque part, eh bien les hommes et les femmes, qui ont déjà fait des kilomètres et des kilomètres, et dans des situations dramatiques, vont essayer de survivre ailleurs.

Donc, à chaque fois, vous êtes dans une situation de vases communicants. A Stalingrad, vous avez une augmentation mécanique quand forcément vous avez détruit des bidonvilles à Calais. Et inversement vous chassez des gens à Stalingrad, même si certains ont été relogés, mécaniquement vous en avez d’autres qui arrivent à Grande-Synthe.

Je ne vais pas dire tous les points de ce vœu, je n’en ai plus, hélas, le temps, mais je trouve aussi totalement scandaleux, et je voudrais saluer vraiment le courage du maire de Grande-Synthe qui a mis en place un campement qui répond aux normes internationales.

Bravo à lui. Il a eu le courage de le faire avec plus de 2.500 places. Quand la Ville de Paris, certes, nous faisons des choses sérieuses, mais complètement en deçà. A Grande-Synthe, vous avez la capacité d’accueil qu’ils ont été capables de mettre en place, avec la simple volonté politique d’un maire quand l’Etat n’a pas mis un seul centime sur la table.

Et au contraire, l’Etat et la Préfecture demandent de ne pas ouvrir le camp de Grande-Synthe.

Je voudrais juste dire que la Ville de Paris pourrait beaucoup plus faire et je vous invite à voter ce vœu dont je n’ai, hélas, pas le temps de lire l’ensemble des choses qu’il demande. Il y a vraiment un coup de gueule à mettre en place.

Mon vœu : 

 

Téléchargez (PDF, 105KB)