Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu pour un référendum sur les compteurs Linky

Mon intervention : 

 

Mes chers collègues, en octobre 2011, la Mairie de Paris, sur proposition d’un vœu des écologistes, refusait l’installation des compteurs électriques communicants Linky. Néanmoins, par le biais de l’adoption d’un autre vœu, lors de la séance des 15, 16 et 17 février 2016, la Ville confirmait finalement un premier déploiement du compteur Linky dans certaines parties d’arrondissements en vue d’un déploiement pour la totalité du programme pour 2021.

Ce même vœu vise à encourager les mairies d’arrondissement à organiser des réunions publiques d’information et des débats sur l’installation des compteurs Linky et Gazpar avant l’installation de ces compteurs pour l’ensemble des quartiers concernés, avec les habitants, les associations, ERDF, GRDF, avant le déploiement.

Mes chers collègues, comment pouvons-nous envisager de prévoir des réunions d’information avant le déploiement de ces compteurs, sans donner la possibilité à ces réunions d’information de pouvoir déboucher sur une autre décision que celle de l’installation de ces compteurs ? Je trouve qu’il y a un vrai souci. Si ce sont juste des réunions d’information pour leur expliquer que tout va bien et qu’il faut, de toute façon, installer ces compteurs, à quoi bon les faire ? Je trouve cela une drôle de conception de la démocratie.

Je demande, à travers ce vœu, que soit organisé un référendum parisien relatif à l’installation ou non des compteurs Linky et Gazpar parce qu’autour de ces compteurs, il y a un certain nombre de débats.

D’abord, un débat en termes de santé publique. Je n’ai, hélas, que peu de temps pour le développer, mais sachez qu’ERDF injecte des signaux dans le circuit électrique des habitations par la technologie C.P.L. et que le C.P.L. génère des rayonnements nocifs pour la santé des habitants et particulièrement des enfants. C’est extrêmement plus conséquent que tout le débat que l’on a autour du Wifi et autour, a priori, des antennes relais.

Ces compteurs posent aussi des problèmes en termes de liberté publique, qu’il n’a absolument pas été démontré qu’ils permettaient de réduire les consommations et qu’en plus, ce sont des sommes considérables.

Pour finir, sachez que la Mairie de Paris est propriétaire des compteurs et que, comme 55 communes en France, elle peut tout à fait refuser l’installation de ces compteurs.

Je vous remercie.

 

L’exécutif m’a demandé de retirer mon veou. Evidemment, je l’ai maintenu, même s’il a été battu : il faut poursuivre cette bataille ! 

 

Mon vœu : 

Téléchargez (PDF, 96KB)