Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Intervention sur la dénomination du “Jardin Clara Zetkin”

Mme Danielle SIMONNET. – Après cet exposé ô combien complet, je serai du coup beaucoup plus courte, et je remercie mon collègue, parce que je pense que c’est extrêmement important de saluer chaque décision que nous prenons de donner à un jardin, à une place, à une rue, le nom d’une femme, et qui plus est, une femme engagée, et là, qui plus est, une femme engagée et révolutionnaire.

Donc, oui, je suis ravie et je salue cette décision de donner à ce jardin du 13e arrondissement le nom de Clara Zetkin, parce que ce n’est pas anecdotique ni marginal de redonner aux femmes, et plus spécifiquement à de grandes révolutionnaires, comme on l’a fait il y a quelques mois avec Claire Lacombe, avec Pauline Léon, toute leur place dans l’espace public et dans les noms de rues dans l’imaginaire collectif. Et vous savez à quel point il manque de représentations de femmes dans l’imaginaire collectif politique.

Clara Zetkin, oui, était une grande journaliste qui a fondé le journal “L’Egalité”, outil de formation politique et d’éducation populaire, d’abord à destination des femmes, dédié à la conquête par les femmes de droits fondamentaux. Elle s’est ainsi battue pour l’obtention du droit de vote des femmes, mais pas seulement.

Ainsi, dès 1889, elle déclarait ceci à la tribune, au congrès fondateur de la deuxième Internationale : “les pays dans lesquels existe le suffrage dit universel, libre et direct, nous montrent qu’en réalité il ne vaut pas grand-chose. Le droit de vote sans liberté économique n’est ni plus ni moins qu’un chèque sans provision. Si l’émancipation sociale dépendait des droits politiques, la question sociale n’existerait pas dans les pays où est institué le suffrage universel. L’émancipation de la femme comme celle de tout le genre humain ne deviendra réalité que le jour où le travail s’émancipera du capital”.

Elle est belle, cette phrase ! Et j’espère que vous serez nombreux à y réfléchir, et du coup, à savoir quoi faire demain dans les rues de Paris.

Donc, oui, Clara Zetkin, initiatrice de la journée des droits des femmes, organise en 1907 à Stuttgart, la première Conférence internationale des femmes socialistes, événement fondateur de l’Internationale socialiste des femmes. Et comme mon collègue a pu le dire précédemment, comme il l’a très bien décrit, elle s’engagera contre la guerre avec Rosa Luxemburg, puis sera une grande résistante contre le nazisme, avant de devoir s’exiler par la suite.

Donc, j’espère non seulement que tout le monde votera cette délibération, mais aussi que dans le 13e arrondissement et au-delà, nous saurons faire partager justement la mémoire de cette grande révolutionnaire que fut Clara Zetkin.

Je vous remercie.