Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Intervention sur la Politique de la Ville

 

J’aurais adoré vous faire une intervention à la Franck Lepage, une référence de l’éducation populaire politique, mais je n’ai que 2 minutes. Une de ses conférences gesticulées sur “la langue de bois décryptée avec humour” s’adapte à merveille à la politique de la ville…

Avec une dizaine de concepts opérationnels, c’est à dire des mots qui finalement ne veulent plus rien dire, mais qui donnent l’impression de dire quelque chose, genre “vie associative”, “partenariat”, “développement local”, “diagnostic partagé”, on pourrait résumer les discours de tant d’années sur la politique de la ville.

 

Car même si les gouvernements changent, les discours politiques restent les mêmes. Quelle différence entre l’austérité de droite et celle conduite par un gouvernement qui se dit de gauche ? Aucune ! Et Monsieur Bournazel, votre intervention critique, c’est vraiment l’hôpital qui se moque de la charité ! On réaffirme l’enjeu du développement local, de la participation, de l’accès aux droits mais on laisse des services publics fermer, on baisse les subventions aux associations, on multiplie des réunions sans réellement se donner les moyens d’impliquer la population…

 

Le voeu rattaché que j’ai déposé fait 3 pages, je n’en présenterai que les conclusions.

 

Il est grand temps de penser une politique de la ville parisienne alternative à l’austérité, au service de l’accès aux droits et de l’implication citoyenne.

Titularisons enfin l’ensemble des précaires et augmentons les effectifs notamment des agents de la mission Politique de la ville et Intégration ! Et je tiens à saluer les agents de la politique de la ville et de l’intégration qui sont dans les gradins, qui se démènent sur le terrain et se désespèrent.

Décalons à décembre les délais d’élaboration des projets de territoires et de structuration des Conseils citoyens. Un temps bien plus long est nécessaire pour faire émerger une parole citoyenne et une implication collective effective.

Les conseils citoyens ne disposeront que de 20 000€ annuels pour tout Paris ! On est très loin des grands moyens pour la com’ du budget participatif, comme si ici il s’agissait d’une “sous-démocratie participative des pauvres” ?

 

Enfin, c’est bien évidemment aussi au niveau gouvernemental qu’il faut rompre avec les politiques d’austérité si l’on veut que les politiques de la ville aient un impact positif. En Grèce ils assument cette rupture. La preuve qu’une autre politique est possible.


Je vous remercie.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *