Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu relatif à la répression du mouvement étudiant contre la loi dite relative à “l’orientation et la réussite des étudiants”

 

Comme plusieurs autres collègues ici, un de mes premiers engagements militants, c’était 1986 contre la loi Devaquet et contre la sélection à l’université ; et aujourd’hui, rebelote.

On est tout de même une ville avec 322.000 personnes qui étudient à Paris. C’est la première ville étudiante de France. 10 % des Parisiens et des Parisiennes sont des étudiants. La liberté de choisir ses études, c’est la liberté de choisir sa vie ; ce n’est pas rien.

Oui, ce sujet nous interpelle donc, en tant que conseillères et conseillers de Paris. On ne doit pas l’aborder simplement comme un sujet national qui serait déconnecté de la vie parisienne. Paris ne serait pas Paris sans ses étudiants, sans ses universités.

A travers le vœu que je dépose, comme d’autres vœux, je souhaite que :

– la Maire de Paris interpelle le Gouvernement pour qu’il renonce à imposer la loi O.R.E. et engage, au contraire, une politique volontariste afin de donner les moyens à l’université d’accueillir toutes les étudiantes et tous les étudiants qui voudraient y accéder, sans mise en place de sélection ni du dispositif Parcoursup ;

– la Mairie de Paris interpelle le Gouvernement pour que cessent les décisions répressives, les évacuations et les occupations d’universités parisiennes par les forces de l’ordre afin de garantir l’accès de toutes et tous aux lieux universitaires et de rétablir la vocation démocratique de l’université française.

Je vous remercie.