Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Ne vendons pas Paris aux intérêts privés

 

Madame la Maire, je voterai contre cette délibération. Oui, c’est un fiasco la privatisation du contrôle de la verbalisation du stationnement. Pourquoi encore plus augmenter l’implication des intérêts privés dans cette affaire ?

Reprenons rapidement. Vous vous souvenez quand même, ce contrôle de la verbalisation du stationnement par “Streeteo” a donné lieu à de faux contrôles, de faux P.V., parce que quand on sort cette tâche de la fonction régalienne de l’Etat, dont elle n’aurait jamais dû sortir, et que l’on donne à des entreprises privées le soin de faire du chiffre, tout est bon pour chercher à assumer les obligations quantitatives du marché.

Je ne comprends pas cette délibération. Il s’agit de permettre à “Flowbird”, “ParkNow France”, “Mobile payment service”, de proposer leur service de paiement par téléphone, or c’est déjà possible de payer par téléphone. Pourquoi proposer à de nouvelles plateformes de le faire ? Je ne comprends pas.

Le paiement par téléphone ou par tablette serait sans surcoût pour l’utilisateur. Heureusement. Quel est l’intérêt ?

L’intérêt pour ces trois entreprises privées, ce sera notamment de pouvoir dégager des recettes privées supplémentaires en proposant des options payantes, par exemple un petit SMS de rappel de l’échéance prochaine du ticket. Pourquoi ces options ne seraient pas proposées par le service public et la régie publique qui gère cela ?

On va permettre à des entreprises privées de faire des recettes privées en proposant des options supplémentaires qui devraient par ailleurs relever de la modernisation de l’opérateur par téléphone public, par notre système public.

Ensuite, ces collectes de recettes publiques et privées, c’est-à-dire ce que vous devez payer dans votre stationnement et ensuite l’option supplémentaire que vous pouvez décider ou non de contracter, tout cela entre dans le même compte. Je découvre dans les conventions, que c’est la Ville qui va d’abord payer l’ensemble des frais bancaires, puis les répartira entre la Ville et les prestataires pour que les prestataires paient dans un 2e temps.

On fait donc là en plus un cadeau quelque part d’anticipation des dépenses aux partenaires privés. Je ne vois nulle part dans la convention, mais peut-être l’ai-je lue trop rapidement, car il y a beaucoup de sujets à ce conseil, ce que ces partenaires doivent payer à la Ville pour avoir la possibilité d’entrer dans le système, de pouvoir faire de la pub sur leurs services et de se faire du beurre grâce à cette tâche qui devrait relever du service public. Là, rien. Il n’y a même pas de recettes supplémentaires pour la Ville.

Je ne comprends pas. On est en train, à tous les niveaux, de mettre à chaque fois des nouveaux loups dans la bergerie. Les intérêts privés ne sont pas compatibles avec l’intérêt général. La verbalisation du stationnement n’aurait jamais dû être dépénalisée parce que c’est une question d’éthique républicaine, de civisme de comprendre qu’on ne peut pas se payer le droit de ne pas respecter le stationnement. Cela n’aurait jamais dû cesser d’être une amende.

De plus, laisser le soin au privé de collecter quelque chose qui s’apparente à de l’argent public et donc de l’impôt, il y a déjà une révolution dans ce pays sur ces questions des collectes, c’est totalement inacceptable.

Quand on voit à quel point “Streeteo” s’est comportée comme une entreprise de voyous et que la Ville n’est pas capable de casser le marché…

C’est qui “Streeto” ? “Streeto” dépend d’ex-Vinci Park, d’Indigo. Quelle est l’autre entreprise avec laquelle nous ne sommes pas simplement en disgrâce mais nous considérons aussi qu’elle est responsable d’un fiasco énorme ? C’est “Smoovengo” !

On continue avec ces entreprises qui ne respectent rien, à part leurs propres intérêts, et on va permettre à d’autres entreprises de continuer dans cette même logique. On n’a pas à vendre Paris aux intérêts privés. Je voterai contre cette délibération.

Je vous remercie.