Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Contre la réforme du statut des catégories A et A+ de la Ville de Paris

 

Écoutez, chers collègues, je voterai contre cette délibération. Je remarque qu’il y a bien sûr un retour en arrière par rapport à la délibération qui avait été d’abord mise à l’ordre du jour du précédent Conseil de Paris pour, au final, être retirée de l’ordre du jour, suite à des mobilisations importantes des corps A et A +, et notamment des architectes-voyers qui avaient fait par ailleurs une pétition. Mais ce n’était pas simplement eux qui étaient mobilisés mais également l’ensemble des ingénieurs.

Vous renoncez, si j’ai bien compris, à fusionner les catégories A et A + en un seul corps, néanmoins, vous allez fusionner un certain nombre de catégories dans la catégorie A et, à côté, dans la catégorie A +.

Prenons, si j’ai bien compris, la situation des architectes. On peut avoir une future promotion d’architectes recrutés en catégorie A, mais s’ils souhaitent en interne accéder à une promotion A +, si je comprends bien, ils seront soumis d’intégrer le corps des ingénieurs, par exemple. On est en train en fait d’organiser l’extinction tranquille de la catégorie A + des ingénieurs de la Ville, si je comprends bien, puisqu’il n’y a pas de promotion possible en A +, de la part des architectes.

Autre souci que je vois, dans la catégorie A, vous fusionnez six corps et, dans les nouvelles missions, il y a un certain nombre de spécialités qui vont disparaître, comme les ingénieurs en économie de la construction, par exemple, et surtout, si je comprends bien, si vous reconnaissez les diplômes nécessaires pour rentrer, pour être recruté à la Ville de Paris, de fait, les spécialités deviendront attachées au poste de travail et non à la formation et au diplôme de l’agent.

Que se passe-t-il dans ces cas ? Dans ces cas, cela veut dire que si, demain, la Ville décide de se débarrasser d’une spécialité, d’une mission, si la Ville décide d’externaliser une mission, par exemple, elle pourra le faire tranquillement puisque la spécialité est rattachée au poste et non pas au diplôme de la personne. Comprenez-vous cette subtilité ?

C’est un vrai problème parce que, du coup, de fait, on a toujours ce qu’il y avait déjà dans le premier projet de délibération qui était mis à l’ordre du jour avant d’être retiré au précédent Conseil qui, finalement, permettait de faciliter les redéploiements et l’adaptabilité des cadres A et A+ dans une logique où, quand on connaît, finalement, les volontés de la Ville de réduire la masse salariale et de, bien souvent, avoir recours à des réorganisations de services en vue d’externalisation de missions, il y a tout pour s’inquiéter de cette réforme des catégories A et A+.

Il me semble que, au contraire, on doit être attaché, à la Ville, à l’ensemble des spécialités par rapport aux missions qui sont rattachées et au haut-niveau, justement, d’expertise des six corps de la catégorie A et ne pas vouloir fusionner l’ensemble de ces spécialités en les attachant au poste de travail. Non, il faut, au contraire, respecter les agents et leurs compétences et ne pas chercher simplement les possibilités ultérieures de redéploiement de postes. C’est pourquoi je voterai contre cette délibération.

Finalement, on a le sentiment que vous avez gagné un mois, sans doute pour réussir à convaincre un groupe ou plus du Conseil de Paris, pour essayer de faire passer une mauvaise réforme sur laquelle, par rapport à la copie précédente, vous ne modifiez qu’une chose à la marge, mais pas le fond et la philosophie de cette réforme. Je m’y opposerai.

Je vous remercie.