Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Vœu relatif à un plan d’action de réduction des effectifs par classe dans les écoles surchargées

Ecoutez, il y a une unanimité dans ce Conseil pour contester les politiques gouvernementales et leur traduction, via le Rectorat de Paris, sur les effectifs des enseignants pour les classes du primaire. Il faut constater cela. Les promesses du Gouvernement qui était de faire de l’éducation sa priorité, quand on en voit la traduction, on est quand même très loin de restaurer l’ensemble des postes qui ont été supprimés sous Nicolas Sarkozy, très loin de cela !

A travers le vœu que je présente, qui est complémentaire par rapport aux autres vœux déposés par les autres groupes, évidemment, je souhaite m’associer et saluer la mobilisation exemplaire menée dans le 14e arrondissement et dans le 19e arrondissement, notamment par l’implication très forte des parents d’élèves aux côtés des enseignants. Cette mobilisation est extrêmement importante et je salue les élus qui se sont engagés à leur côté.

Maintenant, il faut être conséquent.

Non seulement, il faut exiger du Rectorat qu’il y ait une véritable politique d’augmentation des effectifs enseignants, que l’on s’oppose à ces suppressions de classe, qu’enfin on réponde à l’urgence sur les volets de remplacement, mais je souhaite également que l’on soit très concret.

Qu’est-ce qu’on veut pour la réussite de tous les élèves parisiens ? Nous devons absolument défendre, auprès du rectorat, qu’il y ait un plan de résorption des classes surchargées, avec pour objectif, d’ici 2020, de ne pas dépasser 25 élèves par classe dans les écoles hors éducation prioritaire, et 20 par classe dans les écoles en éducation prioritaire.

C’est ainsi que nous devons aussi défendre la création de postes comprenant également ce volet de remplacement. Et je trouve que le vœu de l’Exécutif qui nous est présenté ne répond pas hélas à cet objectif, même si je salue sa volonté de bousculer le Rectorat, pour qu’enfin l’ensemble des demandes, en termes de création de poste, soit entendu pour que l’on ne supprime pas ces classes et que l’on remette en cause ces pseudos critères démographiques qui ne tiennent pas compte des disparités sociales dans nos quartiers parisiens.”

 

 

 

Téléchargez (PDF, 201KB)

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *