Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Question d’actualité sur la Loi Macron et l’amendement du Sénat étendant le travail de nuit

Madame la Maire,

 

Après son passage totalement antidémocratique via le 49.3 à l’Assemblée nationale, la loi Macron continue d’être examinée par les parlementaires, et est en ce moment débattue par le Sénat, qui en aggrave encore les dispositions régressives antisociales. Danièle Premel, pour le groupe communiste dénoncera aujourd’hui, à juste titre la banalisation du travail du dimanche par le biais des dérogations accordées aux établissements culturels. J’aborde ici un autre aspect.

 

Le Sénat a modifié l’article 81 de la loi Macron, contre l’avis du gouvernement, en étendant le travail de nuit (appelé travail en “soirée”) (amendement Sephora) aux Zones Touristiques et non plus aux seules Zones Touristiques Internationales. C’est donc une dégradation de plus des droit des salariés et en particulier des salariés du commerce. Ces salariés sont souvent des femmes, des précaires, à qui on ne laisse pas le choix de travailler ou non le soir ou le dimanche ! Cette généralisation des horaires de travail dérégulés doit cesser !

 

La Ville de Paris est particulièrement touchée par cette mesure. Les zones touristiques, qui permettent des passe-droit aux entreprises pour déroger au droit du travail, sont nombreuses. L’étude menée par la Mission d’Information et d’Evaluation sur le travail dominical et de nuit démontrait pourtant très clairement que de telles mesures n’amènent rien à l’économie ni au pouvoir d’achat des travailleuses et travailleurs, mais qu’elles conduisent à la régression sociale, à une précarisation toujours plus fortes, et à la destruction du petit commerce par la concurrence des grandes enseignes !

 

Le progrès est d’harmoniser les temps sociaux, de travailler moins pour travailler tous. Le progrès n’est pas de déréguler et d’augmenter le temps de travail mais de le réduire et de libérer les temps contraints au service de nos émancipations individuelles et collectives. Le bien vivre n’est pas à chercher au fond du caddie, dans l’accumulation illusoire de plus de biens mais dans plus de liens.

 

Vous avez prétendu vous opposer à la loi Macron. Reconnaissez le peu de succès.


Madame la Maire, donc, au regard de l’évolution de la Loi Macron qui entend imposer une nouvelle régression sociale sans précédent par l’extension du travail de nuit, non seulement dans les zones touristiques internationales mais aussi dans l’ensemble des zones touristiques,  quelles actions comptez-vous initier dans la continuité de la MIE, avec les parisiennes et les parisiens, les salarié-e-s concerné-e-s, les organisations syndicales pour vous opposer à cette loi qui aura de graves conséquences sur la dégradation des conditions de vie des parisiennes et des parisiens et va à contre-courant des impératifs écologiques ?

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *