Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Intervention sur le réaménagement des rives de Seine Rive droite

Cher-e-s collègues,

La reconquête piétonne de l’espace urbain est un enjeu social et écologique majeur, la reconquête des berges de Seine un axe fort. Nous devons assumer résolument de poursuivre et d’amplifier la réduction de l’emprise de la voiture et permettre la réapropriation piétonne de la ville, et de son fleuve. Relier Bastille et la tour Eiffel, oui c’est un très bel objectif.

Les études d’impacts sur le bruit et la pollution sont sans appel : la piétonnisation est un mieux pour la santé des parisiens et il faut l’encourager. Nous devons contribuer à ralentir le rythme effrénée de la ville, au service d’un bien vivre pour toutes et tous. Et le fleuve, c’est le coeur de Paris, le libérer de la voiture et permettre à tous d’en profiter, de le redécouvrir et de pouvoir le partager en valorisant ses abords re dessinera notre ville.

 

Cependant, la reconquête piétonne de l’espace urbain doit être une reconquête libérée des intérêts marchands, offrant des activités gratuites accessibles à toutes et tous, des rencontres culturelles, sportives et citoyennes libérées des intérêts privés.

 

Les voies sur berge n’ont pas à accueillir des services de restauration hors de prix. Le café à plus de 3 euros, les mêmes chaînes de restauration que dans le reste de la capitale devrait être proscrit. Soyons plus inventifs et audacieux. Démultiplions les espaces dédiés aux promenades d’art contemporain au bord de l’eau, aux aires de pique nique et d’activités sportives gratuites, aux espaces de rencontres pouvant accueillir des danses en plein air, des agoras citoyennes, des concerts. Pensons aux structures de l’économie sociale et solidaire, pensons au mouvement associatif et culturel. Et mettons un terme au règlement qui y interdit toute action militante !

 

Un budget alloué aux évènements doit être pensé et conçu pour permettre à ces espaces publics réappropriés d’être pleinement au service de l’émancipation de toutes et tous plutôt que de laisser les mécènes privés diriger et financer les évènements.

 

Madame la Maire, la reconquête de l’espace urbain ne doit pas être réservée qu’à certains ni accélérer la gentrification de Paris par des activités correspondant uniquement à certaines catégories de la population.

Pour conclure, oui libérons la Seine, alors ne marchandisons pas cet espace libéré. La Seine et ses abords ne sont pas à vendre.

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *