Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Intervention sur le Plan Local de l’Habitat

 

Dans ce PLH, vous favorisez l’accès au logement social des « classes moyennes » via les PLS.

 

Mais de qui et de quoi on parle ?

70% des demandeurs de logements sociaux à Paris ont des revenus inférieurs à la catégorie PLAI : Il s’agit des « classes populaires »

 

20% ont des revenus correspondant aux plafonds des PLUS ; Il s’agit des « couches moyennes du salariat » que d’autres pourraient nommer les « classes moyennes »

 

10% ont des revenus correspondant aux plafonds des PLS : il s’agit par exemple d’un couple avec deux enfants qui ont 7000€/mois. Il s’agit ici des «couches aisées».

 

Pourquoi donc voulez-vous imposer 30% de PLS ?

  1. Soit parce que vous êtes nuls en maths
  2. Parce que vous vous dites que ça fera rentrer plus d’argent de faire 30% de PLS, les loyers étant plus élevés, logique d’autofinancement du logement social oblige…
  3. Parce que vous vous dites que les classes populaires ne votent pas, alors autant faire plaisir aux couches aisées qui elles, votent…

 

Mais prenez consciences des conséquences :

 

Les classes populaires, celles et ceux qui sont sans logement, mal logés, en situation de précarité ou avec des bas salaires vont subir une discrimination car ils sont nombreux sur moins d’offres.

Les couches moyennes vont se voir affectées à des logements PLS, certes moins chers que le prix du marché mais dont les loyers sont plus élevés que ceux auxquels ils ont droit.

Ce déséquilibre entre l’offre et la demande en faveur des revenus aisés va aggraver l’éviction hors de Paris des couches populaires et moyennes au profit des plus aisés.

 

Cette politique correspond exactement à ce que critique sans concession le rapport de la fondation Abbé Pierre qui considère les PLS comme une offre inabordable basée sur une erreur d’appréciation du vrai revenu des classes moyennes.

Une autre politique est possible : Assumer le recours à l’emprunt à hauteur équivalente de Lille ou Marseille pour produire 12 000 logements sociaux par an et atteindre les 25% de logements sociaux d’ici la fin de cette mandature et non dans 17 ans ! Adapter l’offre à la demande, avec 10% de PLS seulement. Encadrer à la baisse les loyers et appliquer la réquisition des logements vides.

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *