Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Intervention sur les États généraux de l’économie circulaire

Je n’avais droit qu’à une minute, que j’ai d’ailleurs dépassée…

 

Développer l’économie circulaire, c’est repenser notre mode de développement en prenant conscience que nos ressources naturelles sont limitées et que nous évoluons dans un monde fini.  La condition même de notre vie dans l’écosystème est en jeu. Il ne s’agit pas de limiter nos empreintes écologiques pour exploiter plus durablement les ressources naturelles. Non. Il est urgent de passer du paradigme du “développement durable”, à celui de la décroissance d’un grand nombre de nos activités selon la règle verte : cessons de prendre à la terre chaque année plus qu’elle n’est capable de recréer.

 

Engageons nos villes dans la transition nécessaire à cette bifurcation :

Sobriété énergétique, renouvelables, agriculture paysanne ou urbaine saine et bio, relocalisation, trajectoire zéro gaspillage, zéro déchet, recyclage, réparation, éco-construction, éco-industrie, réemploi, usage collectif et non propriété privée, coopération et non compétition, biens communs : derrière ce catalogue peuvent se construire autant de radicalités concrètes, alternatives aux logiques même capitaliste et productiviste de notre système pour le dépasser, dans une perspective joyeuse de la vie douce pour tous.

 

Je regrette une chose dans cette délibération, c’est un grand absent. Les chiffonniers, les biffins, premiers acteurs de l’économie circulaire depuis au moins la Commune de Paris. Ce sont les grands invisibles de ce document : “Cachez ces pauvres que je ne saurais voir”. Pourtant, l’innovation sociale de l’économie circulaire vient souvent de la débrouille face à la crise, du peuple qui créé, en coopération et non en concurrence, avec la conscience de l’intérêt général humain écologique. N’oubliez donc pas les biffins dans ces Etats généraux et faisons appel aux coopératives de l’éducation populaire pour en animer les débats, afin d’assumer les confrontations d’intérêts à l’oeuvre et faire confiance à l’intelligence collective citoyenne.


Je vous remercie.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *