Pages Navigation Menu

"À Paris, place au peuple !"

Des vœux d’Hidalgo déconnectés du contexte historique

Des vœux d’Hidalgo déconnectés du contexte historique

Quels vœux d’Hidalgo déconnectés du contexte historique que nous vivons ! Elle n’aura abordé la mobilisation des gilets jaunes qu’à partir des dégradations et violence et, tout comme Macron, sans les nommer… Pire, elle prétend que son bilan en matière de démocratie participative serait inspirant, “un anticorps au désenchantement démocratique”. Mais aucune des grandes décisions structurantes n’ont fait l’objet d’une concertation des parisiens, là où au contraire un Référendum d’initiative citoyenne serait si nécessaire ! (Jeux Olympiques, Tours de Bercy Charenton, privatisation du stationnement ou nouvelle incinérateur à 2Mds € pour Suez…)

 

Parmi le catalogue annuel d’autosatisfecit, une seule nouvelle mesure : enfin une extension de la gratuité des transports, mais limitée aux enfants jusqu’à 11 ans. Pour les collégiens et lycéens, la nouveauté se limitera à une réduction de moitié de la carte Imagine R.
Elle reprend partiellement des propositions que j’émettais par vœux et amendements depuis le début de la mandature (gratuité des transports pour les jeunes notamment), et qu’avec son équipe elle a toujours dogmatiquement rejeté, sans le moindre débat.
Hélas, elle enterre de fait mais sans surprise, le débat qu’elle avait prétendu initier sur la gratuité totale des transports, vrai levier qui permettrait pourtant de changer radicalement l’utilisation des transports en commun, et de lutter réellement contre la pollution de l’air.

Elle se félicite également de la privatisation totale des voitures électriques en autopartage par Renault et Peugeot, à qui elle a bradé l’espace public pour leur “concurrence libre” et leur course au profit.

 

En somme, ces vœux hors de contexte d’une maire qui ne voit pas, n’entend pas l’insurrection citoyenne en cours dans ce pays, n’étaient qu’un mauvais replay des éditions précédentes.

 

Il est plus qu’urgent de changer le disque, et de construire Paris en commun contre son Paris de quelques uns.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *